ARESUB

HISTOIRE DU CAISSON HYPERBARE DE LA RÉUNION

 

Extrait de :

Les indications de la médecine hyperbare, rapportées à l’activité des caissons hyperbares du CHSR de 1982 à novembre 1998.

Mémoire pour le Diplôme Inter Universitaire de Médecine Hyperbare et Subaquatique

Dr MARIANNE DIT CASSOU Pierre-Jean

15 février 2000

 

I. MATÉRIEL HYPERBARE UTILISÉ DE 1982 A NOVEMBRE 1997 :

Sur un plan historique, le début de l’hyperbarie sur le département de la Réunion date de 1970 : avec l’implantation d’un caisson de secours dans une caserne de pompiers ; nous n’avons, malheureusement, aucune notion des séances qui y ont été pratiquées.

L’implantation, en milieu hospitalier, du premier caisson remonte à 1980, avec l’opportunité du rachat d’un caisson de chantier de la COMEX, qui sera implanté sur le site de l’hôpital de St Pierre, après intervention de l’inspection de la santé, en 1982.

A.     LE CAISSON HYPERBARE DE 1982 A 1997 :

Le caisson racheté à la COMEX est une unité biplace avec sas d’entrée pressurisable, permettant de traiter un patient allongé ou deux assis ; d’un diamètre de 1,20 m pour une longueur de 3 m, le principal inconvénient étant représenté par la relative étroitesse de la porte d’entrée (0,8 m de diamètre) ce qui interdisait le traitement de patient de forte corpulence ou nécessitant un matériel de réanimation et de surveillance lourd.

A  noter que ce caisson était doté de 2 racks de gaz (1 d’oxygène et , jusqu’en 1989, date de la ré-épreuve, 1 d’héliox).

 

B.    LE PERSONNEL CHARGE DE L’ACTIVITE MEDICALE DU CAISSON :

Le personnel technique chargé des séances d’OHB a été représenté, au cours des années 1982 à 1985 par les praticiens hospitaliers du service des urgences/SMUR/anesthésie du CHSR, chargés du fonctionnement du caisson hyperbare et par 10 médecins, externes à l’hôpital assurant une astreinte bénévole; l’accompagnement des patient à l’intérieur du caisson étant réalisé sur la base du volontariat, soit par des proches de la personne caissonnée, soit par du personnel médical (médecins ou internes) des urgences, de l’hôpital ou des médecins extérieurs ou pompiers. A partir de 1986, le système des astreintes n’étant toujours pas validé sur un plan administratif et non doté sur l’enveloppe budgétaire de l’hôpital, les 10 médecins bénévoles ont quitté le pool soignant, ne laissant que 2 praticiens hospitaliers pour assurer le fonctionnement du caisson.

Le système général étant une astreinte annuelle et quotidienne sur 24 heures avec les difficultés que génère un personnel aussi restreint (en particulier : pas de personnel infirmier et aide soignant qualifié Caisson-Master) et les variations de l’activité générale du caisson qui en ont découlé.

A partir de 1997, l’équipe médicale s’est étoffée de médecins bénévoles, détenteurs du D.U. de médecine hyperbare, ce qui a permis de limiter la contrainte des astreintes.

Dès 1996, une session de formation du personnel infirmier, s’est tenue, avec la promotion au cours de l’année 1997, de 14 infirmiers, infirmières et AS classés hyperbaristes médicaux (classe II mention C, régis par le décret N° 90.277 du 20 mars 1990) obtenant la création de 2 postes paramédicaux et le budget pour la mise en place d’une astreinte médicale afin de pouvoir utiliser, dans les conditions de sécurité optimales, le nouveau caisson mis en place en septembre 1996 dont l’activité “de croisière” n’a été effective qu’à partir de novembre 1997.

 

II. LE NOUVEAU CAISSON DU GHSR :

La nouvelle unité mise en place à Saint-Pierre à partir de septembre 1996 est un caisson type COMEX 2200 PRO®, d’une capacité de 6 places assises ou 2 places allongées, avec sas, porte rectangulaire . Sa pression maximale de travail est de 5 atmosphères (6 Ata), soit une profondeur de 50 m ; sa pression d’épreuve est de 8,5 Ata. Sa longueur est de 4,50 m pour un diamètre externe de 2,20 m.

Il est équipé d’un compresseur externe d’une capacité de 27 m³ / h, raccordé au réseau d’air médical ; d’un rack de bouteille d’air de secours de 200 m³ et de bouteille de 50 l pour le respirateur.

O2 : au réseau général ; 2 bouteilles de 50 l de secours + 1  de 50 l pour le respirateur.

Pour l’héliox (O2 : 50% - Hélium: 50 %) : 3 bouteilles de 30 l.

 

A partir de 1996, le service d’hyperbarie a organisé une session de formation de personnel soignant, infirmier et aide-soignant, classé “caisson-master” : le nombre de personnel formé a été de 12, mais le nombre de postes disponibles au caisson est de deux permanents : un infirmier et une aide soignante, aidés, de façon occasionnelle, par 3 autres personnes, qui sont présents simultanément lors des séances d’OHB et pour les astreintes quotidiennes caisson-master.

Sur le plan médical : les soins sont assurés dans la journée par un pool de médecins comprenant : les 3 praticiens hospitaliers des urgences, 4 médecins vacataires externes rémunérés détenteurs du D.U. de médecine hyperbare et 2 assistants des urgences, eux aussi qualifiés. Ces mêmes médecins se répartissent les astreintes d’urgence en fonction d’un tableau mensuel.

L’organisation du service se fait sur un schéma de 5 jours par semaine : du lundi au vendredi pour l’ensemble des traitements chroniques et aigus, de 8 heures à 17 heures; associé à une astreinte d’urgence de 17 h à 8 h les jours de semaine et de 24 h les autres jours.

Le nombre de séances, hors urgences, est de 3 par jour, soit au maximum : 18 patients.

Les séances « chroniques » durant 1h30 avec 3 expositions successives de 25’ à l’O2 pur.

Unité de Soins Hyperbares du GHSR
activité oxygénothérapie du GHSR

mise en ligne : 29/11/2000


ASSOCIATION RÉUNIONNAISE DE MÉDECINE SUBAQUATIQUE ET HYPERBARE
Siège social : Groupe Hospitalier Sud Réunion, BP 350, 97448 Saint-Pierre cedex, Île de la Réunion

http://www.aresub.org

Retour en haut de la page
Retour au sommaire de médecine subaquatique
Retour au sommaire de médecine hyperbare
Retour au sommaire général (page d'accueil ARESUB)