ARESUB

LA GAZETTE DES DENTS DE LA MER

(archives mondiales du 9 mars au 19 septembre 2001)

GDM édition Réunion
GDM édition Océan Indien
GDM édition Monde
liens externes

Dépêche du 9 mars 2001, Brésil :
Les restes humains d’une victime d’une attaque de requin se sont échoués au Brésil le 8 mars 2001.

    Les restes d’un homme ont été rejetés sur une plage du Brésil, deux jours après qu’il eut été porté disparu à un endroit connu pour ses attaques de requin.
    
Le corps serait celui d’un étudiant âgé de vingt ans.
    
Il a été rejeté sur la plage de Boa Viagem dans la ville de Récife au Nord-Est du Brésil.
    
La partie antérieure du thorax et tous les organes internes ont été arrachés. Il manquait aussi un avant-bras, une partie de cuisse et le visage, selon un médecin local.
    
On ignore si l’homme nageait au delà de la barrière de corail où des requins rôdent à la recherche de nourriture.
    
Les autorités ont averti les nageurs de ne pas aller à l’extérieur de la barrière de corail et ont interdit la pratique du surf depuis qu’un jeune homme a perdu ses deux mains lors d’une attaque de requin en 1999.
    
C’est la 33e attaque de requin connue, et la 11e fatale, dans la zone depuis 1992, rapporte Sky News.

quitter la page

Dépêche du 2 avril 2001, Australie :
Rassemblement de dauphins avant une attaque de requin.

    Des dauphins se sont mis à tourner en rond quelques instants avant qu'un propriétaire de magasin de surf soit attaqué hier, alors qu'il surfait à l'embouchure d'une rivière au nord des Nouvelles-Galles du Sud en Australie.
    Richard Ellis, 40 ans, père de trois enfants, a été mordu hier vers 10h du matin, alors qu'il surfait sur un spot connu des gens du coin sous le nom de "Mur en V" à l'embouchure de la rivière Nambucca.
    Le requin, probablement un requin cuivre (bronze whaler), a lacéré son mollet droit, déchiquetant les muscles, selon l'ambulance officer Paul Cue.
    Après des soins chirurgicaux à l'hôpital de Coff's Harbour hier après-midi, l'état de M. Ellis était considéré comme stable.
    M. Ellis, qui tient le magasin de surf Coastal Curves avec sa femme Jenny, était en train de surfer avec deux amis quand le requin a attaqué.
    Après avoir pris une vague jusqu'à la côte, les amis de M. Ellis l'ont transporté jusqu'à leur van qui se trouvait à Shelley Beach de l'autre côté d'une colline.
    Ils ont noué un leash (corde qui sert à relier  la planche au surfeur par l'intermédiaire de la cheville) autour de son mollet pour limiter les pertes sanguines de la blessure.
    Ils ont ensuite conduit le surfeur blessé à 4 km à la local ambulance station, où deux officers, dont M. Cue, lui ont dispensé les premiers soins avant de l'évacuer sur l'hôpital.
    M. Cue, lui-même surfeur, dit que, malgré ses blessures, M. Ellis était "très calme et avait conservé tous ses esprits", quand il est arrivé au poste de secours.
    "C'est vraiment un type tranquille et il gardait un parfait contrôle de lui-même, bien qu'il fut un peu choqué et pâle", dit-il.
    "Au fond, a-t-il dit, ce sont des choses qui arrivent quand on surfe sur le domaine des requins".
    Il se rappelait avoir vu plein de dauphins dans les parages et, juste au moment où il a été mordu, il a remarqué qu'ils se sont mis à tourner en rond ensemble.
    M. Cue a dit que M. Ellis était assis sur sa planche lorsqu'il a senti la morsure ; comme une vague arrivait, il la prit tout de suite et arriva à la côte.
    "Ses amis l'ont porté jusqu'à Shelley Beach, puis l'ont amené au poste de secours".
    Là, M. Cue et un paramedic ont pansé la blessure de M. Ellis et lui ont administré de la morphine contre la douleur.

quitter la page

Dépêche du 10 avril 2001, Afrique du Sud :
Un surfeur victime d'une attaque de requin raconte son supplice.

    Un homme d'affaire d'East London, Dunstan Hogan, âgé de 46 ans, a survécu à une attaque par un grand requin blanc, alors qu'il surfait dimanche au Cap St-Francis.
    Hogan, qui présente une morsure en forme de croissant sur la cuisse, la fesse et la hanche, est à l'hôpital de Port Elizabeth.
    Interrogé mardi à l'hôpital, Hogan a dit : "J'étais allongé sur ma planche à environ 75 mètres du bord. Il était à peu près 9 heures et demi du matin. Je n'ai pas vu le requin m'attaquer par en dessous. J'ai senti soudain une énorme pression, comme si j'étais pris dans un étau. Il a enserré la planche et ma hanche dans ses dents, et m'a élevé hors de l'eau. Je me tenais toujours sur la planche, puis j'ai senti que j'allais sous l'eau ; j'ai été emmené de force au fond et j'ai touché le sable de mes pieds."
    "J'ai ouvert les yeux ; il y avait alors beaucoup de bulles et de sable dans l'eau et la grosse ombre sombre."
    "J'essayais de me servir de ma planche pour me protéger, mais je n'arrivais pas à la tenir sous l'eau. Je fis surface, je tirai la planche vers moi par le leash de cheville et remontai dessus."
    "Je n'ai pas senti de douleur, probablement parce que l'eau était froide, aux environs de 15 degrés. J'ai commencé à ramer vers la côte. C'est alors que le requin revint vers moi, en venant de la côte. J'ai juste vu la masse grise et la nageoire caudale."
    "Quand il a attaqué, je fus à nouveau soulevé hors de l'eau. Puis il partit, et je me remis à ramer et pris une vague brisée jusqu'au bord."
    "Ma combinaison était toute lacérée. J'ai marché jusqu'à l'herbe en la tenant et me suis allongé, pendant que quelqu'un alla appeler un médecin. C'est seulement alors que j'ai commencé à sentir la douleur", dit Hogan.
    Il fut emmené à l'arrière d'un bakkie jusqu'au médecin local, Therese Jordaan, qui bourra la blessure de gaze pour stopper l'hémorragie. Il fut ensuite emmené à l'hôpital de Port Elizabeth.
    Les experts ont dit que les marques de morsures sur la planche de Hogan indiquaient que le requin devait faire environ 3 mètres de long.
    Le chirurgien Gerrie Steenkamp a utilisé 50 clips pour fermer les lacérations de Hogan, lesquelles sont passées à 2 cm de son artère principale.
    Selon le biologiste marin Malcolm Smale, les attaques de requin peuvent se produire tout au long de l'année.
    Il dit qu'il y a entre 3 et 5 attaques par an le long des 3.000 km de côtes de l'Afrique du Sud.

quitter la page

Dépêche du 13 avril 2001, Floride :
New Smyrna Beach.

    La saison 2001 des attaques de requin en Floride démarre avec cinq rencontres rapportées la semaine passée.
    Selon les employés de la Patrouille de Plage, trois personnes isolées ont été mordues jeudi au sud de l'Anse Ponce de Léon.
    Le premier accident est survenu peu avant midi, alors que Richard Lloyd, âgé de 22 ans, et domicilié à Orange City, surfait près de la jetée Sud.
    "Je sautais juste de ma planche et étais sous l'eau lorsque je l'ai senti attraper mon pied", a dit Lloyd lorsqu'il recevait des soins au Centre Médical Bert Fish. "Je ne l'ai vu à aucun moment."
    La morsure a entraîné une entaille de 3 pouces en travers du dessus de son pied et était suffisamment profonde pour sectionner partiellement un tendon. Lloyd se rendit seul à la côte et sa vague arriva au pied d'un employé de la Patrouille de Plage qui passait par là ; il fut transporté à l'hôpital en ambulance.
    Lloyd a dit que les médecins lui ont dit qu'il aurait besoin d'une intervention chirurgicale pour réparer les lésions.
    Malgré sa blessure, Lloyd a dit que sa rencontre ne l'empêchera pas de retourner à l'eau.
    "Peut-être me mettrai-je à la pêche au requin", a-t-il dit.
    Alors que les médecins soignaient Lloyd en salle d'urgences, John Fazio Jr, âgé de douze ans, domicilié à Deltona, arrivait peu après une heure de l'après-midi avec des morsures sur sa cheville et son pied gauches.
    Fazio dit qu'il faisait du body-board à un endroit où on a de l'eau à la ceinture juste au nord d'Esther Street, à environ deux miles de l'anse, lorsqu'il a senti quelque chose l'attraper.
    Le collégien a été capable de rentrer à la côte ; il a reçu les premiers soins par les surveillants de plage avant que le père d'un ami l'emmène à l'hôpital.
    "Ca devait arriver à quelqu'un", dit Fazio, ajoutant que, lui aussi, il prévoyait de retourner à l'eau à l'avenir.
    La troisième attaque du jour fut enregistrée vers 16h10, alors que Emmit Browning, âgé de 21 ans, domicilié à Winter Springs, surfait près de la jetée Sud, selon le capitaine de Patrouille de Plage Rob Horster. Il dit que Browning a été mordu au gros et au petit orteils du pied droit.
    "C'était juste une petite morsure", dit Horster.
    Browning a reçu des soins sur place, puis est parti dans un véhicule privé, dit le capitaine.
    Le capitaine de Patrouille de Plage David Williams dit que son bureau a enregistré une possible attaque de requin mercredi.
    Il a dit que Elren Thresher, âgé de 19 ans, domicilié à New Smyrna Beach, était en train de surfer à environ un quart de mile au sud de l'anse, lorsque quelque chose a attrapé son pied. Il présentait de petites coupures au niveau du talon.
    Mark O'Keefe, porte parole des Ambulances EVAC, dit qu'une des ses unités a aussi été appelée pour une morsure à New Smyrna Beach ce week-end, mais que l'appel avait été annulé avant que l'ambulance n'arrive sur place.
    "D'après ce qu'on a pu comprendre, c'était une blessure très légère", dit O'Keefe. "Un jeune garçon surfait, lorsqu'il a été mordu par quelque chose. L'information est arrivée à nous comme une morsure de requin."
    Les employés du service des urgences de Bert Fish ont dit qu'ils avaient entendu des rumeurs de morsure, mais qu'ils n'avaient pas eu à traiter de telles blessures. Les employés de la Patrouille de Plage ne peuvent confirmer cet accident, dit Horster.
    L'année dernière, 12 attaques de requin, sans risque létal, ont été enregistrées. La première était survenue le 15 avril.

quitter la page

Dépêche du 14 avril 2001, Floride :
La série d'attaques de requin continue.

    New Smyrna Beach. La poussée de petites morsures de requin au sud de l'Anse Ponce de Léon a continué vendredi avec deux surfeurs victimes de blessures légères.
    Ces deux-là viennent s'ajouter aux quatre victimes mordues jeudi, bien qu'on puisse se demander si l'une de ces attaques était bien celle d'un requin. Aucun n'a été sérieusement blessé, à part un surfeur de Orange City, âgé de 22 ans, mordu jeudi, qui pourrait avoir besoin d'une intervention chirurgicale pour réparer un tendon partiellement sectionné.
    Les requins responsables des morsures sont généralement petits, entre 4 et 5 pieds, dit le Dr Bob Hueter, directeur du Centre de Recherche sur les Requins au Laboratoire Marin Mote de Saratosa.
    "Ce ne sont pas le genre d'attaques qui ont été rendues célèbres dans "Jaws"(Les Dents de la Mer), dit Georges Burgess, directeur du Fichier International des Attaques de Requins à Gainesville (International Shark Attack File).
    "Les requins interprètent parfois de travers les clapotements des humains dans l'eau comme des signaux de leurs proies habituelles", dit Burgess. "Dans la plupart des cas, ils réalisent très vite que ce n'est pas un mulet et ils s'en vont."
    Les morsures sont survenues alors que les requins nageaient vers le nord le long de la côte de Floride, dit-il.
    "Les requins sont comme des touristes américains. Ils vont vers le sud pour l'hiver et au nord pour l'été", dit Burgess.
    Selon le capitaine Rob Horster de la Patrouille de Plage, Andrew Barron, âgé de douze ans, domicilié à Longwood, était en train de surfer près du Bloc 2700 de North Atlantic Avenue vers 10h50 vendredi quand quelque chose a saisi son pied et sa cheville droits.
    Il a reçu les premiers soins sur place par les surveillants de plage et a ensuite été transporté en ambulance au Centre Médical Bert Fish. Un porte parole de l'hôpital a dit que Barron présentait une blessure courbe de 2 pouces sur le dessus du pied et d'un pouce sur la plante du pied.
    Le deuxième accident est survenu dix minutes plus tard quand Jonathan Bush, âgé de 16 ans, domicilié à Charleston S.C., a été mordu à son pied et à sa cheville gauche, alors qu'il surfait au même endroit.
    Il a, lui aussi, été emmené à Bert Fish pour y être soigné.
    "J'étais descendu de ma planche quand quelque chose m'a saisi le pied, m'a mordu et puis est parti", dit-il. "Je ne l'ai vu à aucun moment."
    L'adolescent a dit qu'il était au point de rupture des vagues et qu'il allait prendre une dernière vague avant de rentrer à la maison quand l'attaque est survenue vendredi .
    Après l'attaque de Bush, les surveillants de plage ont donné l'ordre à tout le monde de sortir de l'eau pendant une heure, provoquant le mécontentement de quelques surfeurs.
     "C'est stupide", dit David Smith, 17 ans, de Longwood. "Si l'on doit être mordu, c'est le destin, on n'y peut rien."
    Le capitaine de Patrouille de Plage Dave Williams dit que l'interdiction de baignade était une mesure de sécurité pour donner au requin le temps de quitter la zone sans rencontrer d'autre victime potentielle.
    Jeudi, les employés de la Patrouille de Plage rapportaient avoir rencontré quatre requins, trois près des accidents de vendredi et un juste au nord de Esther Street, environ deux miles au sud de l'anse.
    Les employés de la Patrouille de Plage sont intervenus dans trois des accidents tôt dans la journée. Tous concernaient des morsures au pied.
    Horster dit que le quatrième accident, survenu peu avant 17 heures jeudi, concernait un homme d'Orlando présentant une lacération d'un pouce de son pied droit, alors qu'il surfait au Bloc 2600 de North Atlantic Avenue. Cependant, on se pose la question de savoir s'il s'agit bien d'une morsure de requin, dit Horster.
    Richard Spence, 38 ans, domicilié à Orlando, a été lui-même avec sa voiture au Centre Médical Bert Fish, où il a reçu des soins sans y être hospitalisé, selon Cathy Vaughn la porte parole de l'hôpital.
    Avec le week-end de Pâques commençant aujourd'hui, Williams dit qu'une grande foule est attendue sur les plages du Comté Volusia, augmentant les possibilités de rencontre homme-requin. Cependant, les nageurs peuvent s'attendre à d'autres fermetures de plage si les prédateurs sont vus dans la zone, mais ce n'est pas une garantie qu'il n'y aura pas d'autre attaque.
    "Nous maintiendrons les baigneurs hors de l'eau s'il y a un problème", dit Williams. "Mais ce sera difficile à réaliser".
    Il dit que de nombreux nageurs et surfeurs ignorent les consignes, données par les surveillants de plage, de sortir de l'eau après une attaque de requin.
    Les attaques arrivent souvent là où les vagues déferlent et par visibilité réduite, dit Burgess. c'est alors que les requins ont le plus de chance de confondre les pieds et les mains, pendant dans l'eau, d'un surfeur avec un poisson.
    Les attaques de requin sont courantes juste au sud de l'Anse Ponce de Léon, parce que c'est un excellent site de frai, riche en bancs de poissons, dit Horster.
    Williams espère que les nageurs et les surfeurs voudront éviter la zone, prenant en considération les histoires récentes d'attaque, et prévoiront de profiter du sable et de l'eau plus loin au sud.
    Les attaques de requin sont plus fréquentes dans les eaux de Floride que partout ailleurs dans le monde, avec 34 attaques de requin sans provocation sur les 79 survenues dans le monde l'année dernière, selon le Fichier International des Attaques de Requin du Muséum d'Histoire Naturelle de Floride à Gainesville. Le Comté Volusia, le plus touché, en compte 12. Aucune des attaques du Comté Volusia n'a été potentiellement mortelle.
    Une personne a été tuée par un requin dans les eaux de l'Etat de Floride l'année dernière. Une attaque le 30 août a entraîné la mort d'un homme âgé de 69 ans nageant depuis un dock dans la Baie Boca Ciega près de St-Petersburg. Cette mort est la première attaque de requin fatale depuis le 21 novembre 1998, quand un garçon de neuf ans a été tué au large de la plage Vero dans le Comté Indian River.
    5 personnes ont été tuées par les requins dans les eaux de Floride au cours des 25 dernières années (le mort de la Baie de Boca Ciega inclus).
    Le Comté Volusia est encore en tête de l'état pour le nombre d'attaques de requins enregistrées, avec 12 l'année dernière et 9 en 1999.
    Aucune attaque fatale n'a jamais été enregistrée sur les plages du Comté Volusia, selon le fichier. Cependant, en août 1981, une femme a été tuée à trois miles de Ormond Beach après le naufrage tard dans la journée du catamaran où elle se trouvait avec trois amis. Elle fut tuée par un grand requin, mais ses trois amis purent rejoindre la côte à la nage sains et saufs.

quitter la page

Dépêche du 4 mai 2001, Floride :
Un requin mord à deux reprises le pied d'un surfeur à Jacksonville Beach.

    Jacksonville Beach - John McCall a raconté aux sauveteurs qu'il a été mordu après être descendu de sa planche dans environ cinq pieds d'eau. Le requin, qui faisait selon lui 4 à 5 pieds de long, l'a mordu au pied droit.
    "C'était une assez belle morsure. Il dit avoir été mordu deux fois ; après l'avoir mordu une première fois, le requin est revenu le mordre à nouveau", dit Ryan Vermey, qui surfait avec McCall lorsque celui-ci a été attaqué jeudi vers 7 heures du soir.
    McCall a reçu des soins à l'hôpital local, sans être hospitalisé.
    Selon le Fichier International d'Attaques de Requin de l'Université de Floride, il y a eu 34 attaques non provoquées de requin qui ont été confirmées pour la Floride l'année dernière, sur 79 dans le Monde entier.
    Au moins sept autres attaques de requin ont été répertoriées cette année le long des plages atlantiques de Floride.

quitter la page

Dépêche du 8 mai 2001, Afrique du Sud :
Une attaque de requin à East London.

    East London - Un vacancier a été attaqué par un grand requin blanc de 3 mètres mardi sur la plage Est de East London.
    David Van Staden, un Sudafricain âgé de 26 ans qui travaille en Nouvelle Zélande, était en vacances à East London. Il était en train de surfer avec Natasha Bastenie lorsqu'il a été attaqué ; il s'en est sorti avec 10 points de suture à la jambe.
    Décrivant l'attaque, il dit : "J'ai d'abord pensé que c'était Natasha qui faisait l'imbécile, mais soudain j'ai vu la chose qui nageait autour de moi et j'ai ramé à la côte aussi vite que je pouvais."
    Bastenie s'est aussi précipitée à la côte et c'est seulement une fois arrivé au bord que Van Staden  a réalisé que le requin l'avait mordu. Il a alors été emmené à l'hôpital pour faire les points de suture.
    Le chef des services maritimes Willie Maritz dit que l'enquête et les dégats de la planche de surf de Van Staden indiquent qu'il a été attaqué par un grand requin blanc de trois mètres.
    "Le requin l'a juste bousculé pour savoir s'il était comestible", dit Maritz, ajoutant que ça se passait comme cela dans 90% des attaques.
    Maritz a averti les surfeurs d'être vigilants parce que l'eau était fraîche et claire et parce que les requins étaient attirés par la présence de sardines.
    Les plages, de Gonubie à Fish River, ont été fermées après l'attaque, mais cela n'a pas suffi à dissuader nombreux surfeurs.
    "Nous ne pouvons pas laisser passer de si belles vagues sans y aller surfer", a dit Wesley Moss. -(Sapa)-

quitter la page

Dépêche du 22 mai 2001, Caroline du Sud :

    Un homme de Caroline du Nord en vacances avec sa famille à Fripp Island en Caroline du Sud a été mordu par un requin dimanche peu après le début de son séjour.
    Le Dr Michael Heidenreich était en train de nager à un endroit où il avait de l'eau à la ceinture, à Fripp Island, vers 7 heures du soir dimanche, avec plusieurs membres de sa famille, lorsqu'il a senti quelque chose le tirer par le mollet.
    "Ce n'était vraiment pas grand chose", dit Heidenreich. "C'est comme s'il avait juste pris un morceau et était parti. Je n'ai pas eu très mal. Mon souci était qu'il m'a fallu environ une minute pour sortir de l'eau et je me demandais s'il n'allait pas revenir."
    Son père, le Dr Fred Heidenreich, a dit qu'il était à environ 20 pieds de Michael quand il l'a vu soudain grimacer et chercher à voir sa jambe. Au début il a pensé que son fils avait dû être piqué par une raie ou une méduse. Mais quand il a vu les muscles déchirés au niveau du mollet et le sang, il a compris qu'il s'agissait de quelque chose de plus grave.
    Les Heidenreich sont une famille de médecins ; Michael Heidenreich est résident cinquième année de chirurgie générale à l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill ; son frère est chirurgien orthopédique ; leur père est à la retraite.
    "Nous avons pu nettoyer la blessure et comprimer la plaie, puis conduire Michael à l'hôpital", dit Fred Heidenreich. "Les gens qui l'ont soigné pensaient qu'il s'agissait d'une morsure de requin".
    Le Dr Robert Rhodin, un chirurgien orthopédique du Groupe Médical Lowcountry, a soigné Michael Heidenreich. Rhodin a confirmé que c'était une morsure de requin. La plaie, a-t-il dit, traversait le bas du mollet sur environ 13 centimètres et présentait des entailles qu'on aurait dit faites au scalpel.
    Rhodin a dit qu'Heidenreich devrait récupérer de façon satisfaisante de ses blessures, mais que cela prendrait du temps.
    Heidenreich devra marcher avec des béquilles pendant 4 à 6 semaines et sera probablement dans l'impossibilité de conduire pendant ce temps.
    "Il y a des chances que je réfléchirais à deux fois avant de retourner dans l'eau", a-t-il dit. "J'aimerais ne pas être allé nager hier."
    Kelly Heidenreich a dit qu'elle jouait dans l'eau peu profonde avec ses deux enfants quelques minutes seulement avant que son beau-frère ne se fasse mordre.
    "Ca donne des frissons", dit-elle. "Nous venions juste d'arriver."
    Chester Kowalski, chef de la sécurité de Fripp, a dit que son bureau n'a enregistré, aussi loin qu'il s'en souvienne, aucune attaque antérieure. Il a dit aussi qu'il avait eu à vérifier des rumeurs d'observations de requin dans la zone, mais qu'elles s'étaient avérées infondées.
    Les experts disent que les attaques de requin sont rares.
    Selon la base de données internationale des attaques de requin tenue par le Dr George Burgess à l'Université de Floride, il y a trois grands types d'attaques non provoquées de requin, les plus fréquentes étant les attaques "hit and run", où le requin mord un seul coup et part.
    Ces attaques surviennent typiquement dans l'eau peu profonde, là où les vagues déferlent, et sont considérées comme étant des erreurs du requin, qui, étant en train de chercher de la nourriture dans l'eau agitée et trouble, mord une personne à la place de ses proies habituelles.
    Selon la base de données, quelques 36 attaques ont été enregistrées en Caroline du Sud depuis la fin des années 1800, dont trois ont été mortelles. En 2000, il y a eu une attaque enregistrée à Isle of Palms ; en 1999, il y a eu une attaque à Isle of Palms et une à Myrtle Beach.
    Charles Farmer, le porte parole du Département des Ressources Naturelles de Caroline du Sud, a dit qu'au moins 18 espèces de requins vivent dans les eaux côtières de l'Etat, en particulier le requin citron, le requin tigre, le requin marteau, le requin à nez noir, le requin gris et le requin tisserand.
    Leur nombre augmente à l'approche des côtes lorsque l'eau se réchauffe, ce qui signifie que c'est au même moment qu'il y a dans la même eau le plus grand nombre de gens et le plus grand nombre de requins, dit Farmer.
    Alors que quelques uns des requins de Caroline du Sud peuvent atteindre de grandes tailles, la survenue d'attaque majeure en eau peu profonde est ici très rare, disent les autorités.
    "Je ne pense pas que quelque chose dans nos eaux pourrait m'empêcher d'aller nager ou plonger", dit Steve Vogle, conservateur de l'Aquarium d'Etat de Caroline du Sud. "Mais il est certain qu'il serait bon de prendre des précautions."
    (By James Tatum, Gazette staff writer).

quitter la page

Dépêche du 23 mai 2001, Caroline du Sud :

    Lundi matin, un garçon de 11 ans en vacances à l'Ile Hilton Head a dit qu'il pensait avoir été mordu par un requin à la jambe. On a dû lui faire 37 points de suture.
    La veille, un homme de Caroline du Nord avait été attaqué par un requin à Fripp Island alors qu'il avait de l'eau à la ceinture. Dans cette attaque, la victime présentait une entaille mesurant 13,5 cm. Alors qu'un chirurgien du Groupe Médical Lowcountry a confirmé que l'accident de dimanche était bien une morsure de requin, les officiels ne sont pas surs au sujet de la blessure du garçon.
    Tripp Choate, originaire de Clyde en Caroline du Nord, a dit que lui et son père, Hamp Choate, étaient en train de nager à Coligny Beach dans 4 pieds et demi d'eau, quand il a senti quelque chose tirer sur sa jambe et partir. "Je n'ai pas vraiment senti de morsure", a dit Tripp mardi. "Il m'a cogné et puis est parti."
    Michelle Choate, la mère de Tripp, a dit qu'elle a vu du sang s'échapper de la jambe gauche de Tripp. La rencontre a laissé cinq ou six entailles de plus de 2 pouces de diamètre sur son mollet. "Au moment où je l'ai vu, j'ai dit : Oh Mon Dieu", raconte Michelle Choate. "C'était bien ouvert et ça saignait beaucoup."
    Hamp Choate raconte qu'il conduisit en vitesse son fils aux Urgences, où un médecin et trois soignants urgentistes ont dit que les blessures de Tripp "semblaient avoir été provoquées par un requin juvénile d'environ 4,5 à 5 pieds de long."
    Kelly Pressnel, porte parole du Centre Médical de Hilton Head, a dit qu'il n'y avait pas de preuve certaine que les blessures proviennent d'un requin.
    Ralph Wagner, Directeur des Services des Plages, n'a pas pu faire de commentaire, disant simplement que le personnel de plage n'avait pas été impliqué. Il a dit que les Services des Plages n'ont pas mis les drapeaux danger malgré les récents incidents. Wagner dit que les attaques de requin sont rares dans les eaux de Lowcountry. Il a rappelé que la dernière attaque à Hilton Head remonte à 1994, lorsqu'une femme originaire de Gaithersburg dans le Maryland avait été mordue sur le côté droit de son corps par un poisson avec un rayon de 18 pouces, alors qu'elle nageait à North Forest Beach.
    "Il y a des requins dans l'eau tous les jours", dit Wagner. "Mais ce n'est qu'accidentellement qu'un requin mord un homme. Ce n'est pas comme s'il cherchait à le faire". Il dit qu'en cas d'attaque de requin, les surveillants de plage donnent les premiers soins ou appellent un professionnel de médecine d'urgence, selon la sévérité de l'attaque. Les nageurs sont évacués de l'océan seulement quand les surveillants de plage repèrent une nageoire dorsale dans l'eau.
    Tom Peeples, le maire de la ville de Hilton Head Island, dit qu'il ne donnera pas de consigne d'alerte sur la plage signalant la présence de requins aux nageurs. "La possibilité d'attaque de requin existe en permanence", dit Peeples. "Mais il n'y a pas de raison de réagir de manière excessive. Si l'on considère les statistiques, il y a beaucoup moins de risque à rester là où les vagues déferlent plutôt qu'à conduire une voiture... Ce n'est pas comme si nous avions les Dents de la Mer en train de rôder dans les vagues."
    Les attaques de requin sont effectivement rares, si l'on en croit la base de données internationale des attaques de requin de l'Université de Floride. 36 attaques ont été enregistrées en Caroline du Sud depuis la fin des années 1800, dont 3 ont été mortelles.
    Jennie Davis, porte parole du Département des Ressources Naturelles, dit que pendant l'été il y a un afflux de requins à la recherche d'eau chaude. Davis dit qu'il y a au moins 18 espèces de requins qui vivent dans les eaux côtières de l'Etat, dont le requin citron, le requin tigre, le requin marteau, le requin à nez noir, le requin gris et le requin tisserand. "Les attaques surviennent généralement là où les vagues déferlent et n'entraînent que des blessures mineures", dit-elle. "...Etant donné que nous avons beaucoup de requins dans nos eaux et autant de monde ici, on pourrait s'attendre à beaucoup plus d'attaques." Bien que la probabilité d'une attaque de requin soit faible, Davis dit : "Nous rappelons aux gens d'avoir du bon sens : ne pas nager de nuit, quand l'activité alimentaire des requins est plus importante, et ne jamais nager seul."
    Tripp a dit qu'il n'avait pas eu très mal, mais il est déçu que les points de suture l'empêchent de nager, dans la piscine, jusqu'à la fin de ses vacances à Hilton Head. "Je pense que je retournerai dans l'océan, mais pas si au large", a-t-il dit.

quitter la page

Dépêche du 10 juin 2001, Australie :

    Des familles en attente après la découverte d'une tête et de membres dans le ventre d'un requin.
    Une tête humaine et des membres ont été retrouvés à l'intérieur d'un requin tigre pêché sur la côte australienne.
    Les familles de deux personnes portées disparues en mer attendent les résultats de l'autopsie pour savoir si la victime est un de leurs proches.
    Arthur Applet, âgé de 75 ans, et Ross Symens ont tous deux disparu à proximité de là où le requin a été pêché.
    Scott Wilson et Mark Thompson ont attrapé le poisson long de 12 pieds sur Lord Howe Island, à 440 miles au nord est de Sydney. Ce n'est qu'après avoir ouvert le poisson qu'ils ont fait la macabre découverte.
    Un porte parole de la police a dit : "Il y a deux possibilités. Mais nous ne faisons aucune spéculation tant qu'il n'y a pas eu confirmation par l'autopsie."
    C'est la dernière en date des attaques de requin sur les côtes australiennes. Il y a quatre mois, Mark Butler, âgé de 40 ans, avait été férocement attaqué à la jambe par un grand requin blanc, alors qu'il surfait sur la côte des Nouvelles Galles du Sud. Et un plongeur de 38 ans, Chris Hogan, avait quasiment perdu un bras, après une attaque par un requin cuivre sur la Grande Barrière de Corail en décembre.
    EPILOGUE (14/6/2001) : La tête et l'os humains retrouvés dans l'estomac du requin tigre ont été identifiés comme appartenant à un homme âgé. La Police a dit que les restes étaient ceux d' Arthur Applet, âgé de 75 ans. Il a été vu la dernière fois en train de marcher le long de Middle Beach sur Lord Howe Island. La Police ne s'explique pas comment il a fini dans l'estomac du requin.

quitter la page

dépêche du 27 juin 2001, Californie :

    L'image d'horreur ne s'en va pas. Bill McNair la voit la nuit dans son sommeil : un grand requin blanc chargeant depuis les profondeurs, la gueule ouverte, menaçant de le couper en deux.
    "Dès que je vais m'endormir, je vois la gueule", dit le podologue d'Huntington Beach. "Et aussi quand je me réveille. J'ai peut-être dormi au total dix heures au cours de la première semaine après que ce soit arrivé."
    Les cauchemars se reproduisent depuis le matin du 10 juin, lorsque McNair, âgé de 52 ans, faisait de la pêche sous-marine dans 70 pieds d'eau sur la côte au vent et inhabitée de l'Île de Santa-Catalina. Il avait plongé à environ 15 pieds et visait un petit queue jaune situé en dessous de lui, lorsqu'il vit le requin, estimé à 10 pieds de long avec un diamètre de près de 4 pieds, montant à travers un brouillard trouble.
    McNair dit qu'il le revoit comme s'il y était, d'abord une tâche grise, puis deux grands yeux, "ses deux pupilles noires fixées sur moi" et puis une gueule avec plusieurs rangées de dents crochues... et arrivant sur moi à la vitesse d'un train de marchandises."
    Son puissant fusil déjà pointé dans la direction du requin, il pressa la gâchette, abandonna son arme et palma frénétiquement vers la surface ; en jetant un coup d'œil par dessus son épaule, il vit la silhouette du prédateur, tournant de côté, avec la moitié de la flèche de 6 pieds dépassant du museau.
    "Son cœur battait si fort qu'on aurait dit qu'il était prêt à sortir de sa poitrine", dit son compagnon de plongée, Lyle Miller de Seal Beach, qui hissa McNair dans le bateau de 38 pieds, appartenant à McNair. Miller n'a pas vu le requin et n'a pas non plus rapporté l'incident aux autorités de l'île.
   Alors que les autorités disent qu'il n'y a pas matière à alerter le public, McNair et Miller (un vétéran de l'apnée) expriment leur inquiétude de percevoir une augmentation de la présence visible de requins blancs dans les eaux de Catalina.
    C'était la seconde fois en deux ans que McNair voyait un grand blanc ; la première fois, c'était sur la côte sous le vent de l'île près de Ship Rock, juste de l'autre côté de Isthmus Cove.
    Les signalements d'autres observations se répartissent tout autour de l'île et proviennent de la communauté des plongeurs depuis plusieurs mois.
    L'une des observations, au cours du printemps, impliquait un grand requin blanc évoluant autour d'un bateau à fond de verre, mouillé près de la plage à Avallon Harbor. Lors d'un autre incident survenu à peu près en même temps, la femme d'un apnéiste prétend avoir vu un grand requin blanc tournant autour de son bateau dans la zone de Parsons Landing près de l'isthme alors que son mari revenait à leur bateau. Elle fit signe à son mari de sortir rapidement, ce qu’il fit sain et sauf à la côte.
         « Tout ce que j’entends sont des histoires. Je n’en ai jamais vu un de ma vie », dit Bob Kennedy, le propriétaire de Scuba Luv à Avalon. « J’en ai entendu parler et suis toujours à leur recherche, mais je n’ai pas encore eu le privilège d’en voir. »
         Les autorités de l’île, pendant ce temps, disent que, la semaine dernière, elles ignoraient l’observation de Avalon Harbor.
         « Je ne peux pas l’exclure, mais cela ne m’a pas été rapporté », dit Rob Clark, city manager d’Avalon.
         Lui et d’autres officiels ont rapidement signalé que, bien que plusieurs espèces de requins, dont les grands blancs, visitent l’île, les zones fréquentées par le plus grand nombre de touristes n’ont jamais été fermées suite à l’observation de requin et qu’il n’y avait jamais eu d’attaque documentée d’un humain nulle part à proximité de l’île.
         Si de grands requins pénètrent dans les zones touristiques, « la première des choses que nous aurions à faire est d’annoncer l’information, parce que la sécurité publique est concernée », dit Brian Bray, Capitaine du Port d’Avalon. « [Taire de telles informations] n’est pas notre rôle. »
         Les experts en requins se refusent à spéculer si Catalina est visitée par plus de requins blancs que les années passées.
         « Des requins blancs ont toujours fréquenté la région selon les saisons, bien avant l’arrivée de Wrigley », dit John McCosker, un biologiste marin de l’Académie des Sciences de Californie à San Francisco. « Ils fréquentent les côtes de l’île, particulièrement celles qui accueillent de grandes colonies de mammifères marins. »
         Catalina n’héberge pas de colonie d’éléphants de mer (la proie préférée du grand blanc adulte), mais c’est le refuge de nombreux phoques de port plus petits et d’une population croissante de lions de mer californiens, qui font tous deux partie du menu du prédateur le plus réputé du monde.
         Alors qu’on ne sait pas comment les requins blancs ont réagi à leur protection nationale vis à vis des pêcheurs et à la suppression des filets le long de la côte, qui ont tué chaque année un nombre indéterminé de jeunes requins (les deux mesures datent du début des années 1990), on sait que la population de lions de mer en Californie a connu un boom en passant d’environ 10.000 à plus de 200.000 depuis la promulgation de l’Acte de Protection des Mammifères Marins en 1972.
         Si, effectivement, plus de requins blancs sont observés, un autre facteur possible pourrait être le simple appel de la nature. A la fin du printemps et en été, les femelles gravides de requins blancs cherchent des canyons sous-marins pour mettre bas dans des zones côtières de toutes les Iles du Détroit, et même le long de la côte Southland.
         A Catalina, leur époque coïncide avec l’arrivée des touristes sur une île située à seulement 21 miles du continent agité. Catalina reçoit plus d’un million de touristes chaque année, dont un bon nombre pratiquent différentes activités sportives aquatiques.
         Les experts disent qu’il y a peu à craindre la plupart du temps. Les requins ne sont en général pas des tueurs de sang froid, vindicatifs et qui auraient un goût pour la chair humaine.
         « J’aurais plus peur que mon enfant, en allant à l’école, soit blessé par balle au cours d’une fusillade motorisée », dit Ralph Collier, qui fait des recherches sur les attaques de requin en tant que président du Comité de Recherche sur les Requins au Canoga Park.
         En cent ans le long de la Côte Ouest du Mexique à l’Alaska, il y a eu 108 attaques non provoquées confirmées de requins sur des humains, la plupart plongeurs et surfeurs, dit-il.
         Ils se nourrissent de phoques et non d’humains, dit Peter Klimbey, un scientifique du Laboratoire Marin de Bodega Bay ; ainsi quand il y a une attaque sur un humain, elle démarre comme une attaque sur un phoque, mais très souvent le requin s’en va. »
         Les requins blancs s’attaquent principalement aux raies et poissons benthiques, jusqu’à ce qu’ils atteignent une longueur de 10 à 12 pieds. Après cela, ils se nourrissent presque exclusivement de pinnipèdes. A partir du moment où les éléphants de mer leur procurent plus de graisse à chaque bouchée, ils deviennent leur cible préférée.
         Typiquement, les requins blancs comptent sur leur furtivité et leur camouflage, se faufilant et se confondant avec le fond rocheux, frappant leur proie qui ne se doute de rien, à la surface ou à proximité de celle-ci.
         La majorité des attaques d’humains sont arrivées à des plongeurs et des surfeurs qui se trouvaient à la surface ou à proximité de celle-ci. Les opinions varient au sujet de savoir si toutes les attaques sont ou non des erreurs d’identification, mais cette idée est largement répandue.
         Les zones les plus sures pour les touristes sont les fonds sableux, loin des populations denses de pinnipèdes. Ceux-ci sont en abondance à Catalina, y compris le populaire Parc Marin Ouest d’Avalon et les nombreuses plages le long de la côte sous le vent très fréquentée.
         Il y a aussi des zones que d’éventuels nageurs et adeptes du snorkeling pourraient éviter, comme Salta Verde Point, où McNair dit avoir fait sa rencontre. D’autres zones sont présumées avoir été le lieu d’observations : près de Ben Weston Beach et dans Little Harbor et Shark Harbor. L’extrémité ouest de l’île est une zone que beaucoup de plongeurs évitent totalement.
         « Ils sont là depuis très, très longtemps », dit Barry Andersen, un pêcheur de requin renommé et plongeur fervent. « Je sais que deux gars ont dû sortir de l’eau à cause de requins pendant la saison des langoustes. C’est un super endroit pour les bestioles, mais aucune langouste ne justifie ça. »

quitter la page

dépêche du 7 juillet 2001, Floride :

    CNN, Pensacola, Floride : Des médecins ont réussi à rattacher le bras droit d'un garçon de huit ans samedi, a dit un porte-parole de l'hôpital. La veille, une attaque de requin avait été interrompue par l'oncle du garçon, qui s'était battu au corps à corps avec le requin, était arrivé à l'amener hors de l'eau pou récupérer le bras.
    Samedi, le garçon était considéré en état critique.
    Il avait été attaqué par un requin bouledogue vendredi vers 8 heures du soir, alors qu'il nageait sur la côte du "manche de casserole" de la  Floride (partie nord ouest de la Floride), selon le ranger John Bandursky du Parc National Côtier de Gulf Island. Après que l'oncle eut amené le requin au sec, raconte Bandursky, un ranger du parc a tiré trois coups de feu pour desserrer les mâchoires du requin et récupérer le bras droit, qui était toujours dans la gueule du requin. Le requin a été tué et les urgentistes arrivés entre-temps purent conditionner le bras du garçon.
    Des médecins du Baptist Hospital à Pensacola ont opéré pendant une douzaine d'heures pour rattacher son bras, a dit Pam Bilbrey, porte-parole de l'hôpital.

    Le Quotidien de la Réunion et de l'Océan Indien du 10 juillet 2001 : Un garçon de 8 ans, attaqué ce week-end par un requin en Floride, était hier entre la vie et la mort malgré le courage de son oncle qui l'a arraché aux dents du squale avant de traîner l'animal jusqu'à la plage pour récupérer un bras de l'enfant resté dans ses entrailles.
    "Son état est critique mais stable", a déclaré hier à la presse le docteur Rex Northup de l'hôpital pour enfants du Sacré-Cœur, situé à Pensacola, dans l'ouest de la Floride, au bord du Golfe du Mexique. L'enfant, Jessie Arbogast, a perdu beaucoup de sang et sa situation "est difficile".
    "Il a de sérieuses lésions au cerveau, aux poumons, au coeur, au foie et aux reins", a ajouté le médecin. A son arrivée aux urgences, "il n'avait plus de pouls ; il n'avait plus de pression artérielle... Ce sont des signes évidents de décès", a relevé de son côté un autre médecin, Jack Tyson, sur la chaîne de télévision NBC.
    L'attaque du requin vendredi soir près d'une plage de Pensacola, mais surtout le courage de son oncle et l'efficacité de sa tante, qui a prodigué à l'enfant les premiers soins, ont suscité beaucoup d'admiration aux États-Unis.
    L'oncle a dans un premier temps sauvé son neveu, attaqué alors qu'il nageait près de la plage et dont le bras droit a été arraché par le squale. La tante de Jessie a aussitôt pris le relais, utilisant des techniques de réanimation jusqu'à l'arrivée des secours.
    "Je pense que la réanimation a été décisive pour la survie du garçon", a expliqué le docteur Tyson. "Je suis impressionné par l'oncle et la tante", a-t-il ajouté.
    L'oncle du garçon est ensuite retourné dans la mer, et, après une lutte difficile, il "a traîné le requin jusqu'à la plage", a raconté F.R. Tomasovic, chargé de la surveillance de la plage, à la télévision NBC. "Nous ne savons pas comment il a fait ça, le requin mesurait plus de deux mètres et pesait 90 kilos", a-t-il ajouté.
    Sur la plage, un autre membre des services de sécurité, Jarred Klein, a abattu le squale en lui tirant dessus à quatre reprises. Le bras de l'enfant a ensuite été récupéré par un autre secouriste dans l'œsophage du requin.
    "Il n'y avait aucun secouriste sur place lors du drame, quelqu'un a appelé les secours et Jarred a été le premier à arriver", a précisé la secouriste Nina Kelson.
    L'enfant, qui, outre le bras droit coupé entre l'épaule et le coude, a aussi été mordu à une jambe, a été transporté dans un état très grave par hélicoptère jusqu'à l'hôpital Baptiste de Pensacola. "Il avait perdu tout son sang", selon le docteur Tyson.
    Après une transfusion, les chirurgiens de l'Hôpital ont travaillé pendant onze heures pour rattacher le bras du garçon. L'opération a réussi, mais avec l'apparition d'une défaillance rénale, il a été décidé de transférer l'enfant à l'hôpital du Sacré-Cœur, qui dispose d'une équipe spécialisée dans les problèmes rénaux.
    Les médecins espèrent que le jeune Jessie puisse retrouver l'usage de son bras. Mais, selon un spécialiste, il faudra attendre au moins 12 à 18 mois pour que la cicatrisation soit véritablement terminée. Par ailleurs, il devra subir des soins réguliers et intensifs pour que la chair se reconstitue correctement.
    Selon un journal local, le Saint Petersburg Times, il s'agit de la huitième attaque d'un être humain par un requin en Floride depuis le début de l'année.

quitter la page

dépêche du 16 juillet 2001, Floride :

    CNN, Pensacola, Floride : L'état était satisfaisant lundi, de l'homme qui a subi une intervention chirurgicale pour ce qu'il a décrit comme étant une morsure de requin. Cet accident est survenu sur les côtes de Floride, juste à quelques miles de l'endroit où un jeune garçon avait frôlé la mort lors d'une autre attaque de requin.
    Michael Waters, âgé de 48 ans, était en train de surfer dimanche, lorsqu'il a été mordu, a-t-il raconté. Waters devait sortir lundi de l'hôpital.
    Un autre homme a reçu des soins et est sorti de l'hôpital, après avoir été blessé dans une autre rencontre de requin dimanche sur la côte, cette fois-ci, Est de Floride.
    Waters a dit qu'il avait été mordu dans les eaux de la côte du "manche de casserole" de la Floride (partie Nord Ouest), près de Pensacola, vers 2h30 de l'après-midi, juste à quelques miles de là où un requin a arraché le bras de Jessie Arbogast, âgé de 8 ans, et mordu sa jambe, selon le bureau du Shérif du Comté Escambia.
    "Ce que disent les médecins est compatible avec une morsure de requin", dit lundi le lieutenant Bob Clark du Bureau du Shérif du Comté Escambia.
    L'Hôpital du Sacré Cœur à Pensacola ne pouvait confirmer la morsure de requin, avant que les officiels parlent avec les médecins, a dit Mike Burke, porte-parole de l'hôpital. Waters a été opéré au niveau du pied et du talon dimanche pour réparer ses vaisseaux sanguins, a expliqué Burke.
    Le Pensacola News-Journal a cité la belle-fille de la victime, Claressa Selva, âgée de 20 ans, qui dit que le requin a été attiré à la côte par un pêcheur du bord qui jetait des appâts dans la zone de baignade.
    Selva a dit au Pensacola News-Journal que le requin avait mordu Waters à la cheville et l'avait entraîné sous l'eau.
    "Dieu merci, il a su comment réagir. Il s'est mis à frapper le requin avec sa planche de surf", dit-elle. "Nous sommes encore maintenant tous sous le choc, alors qu'il ne nous a pas personnellement attaqués. Nous avons vu tout ce qui est arrivé à ce pauvre petit garçon, et nous n'aurions jamais pensé que cela pouvait arriver à notre famille."
    Au même moment, un jeune homme de 18 ans faisait du boogie board à Fernandina Beach sur la côte Est de la Floride, près de la limite avec la Géorgie. Il a présenté des lacérations petites à modérées au niveau du pied droit, lorsqu'un requin lui est passé devant, a dit le Capitaine John Hailey, des pompiers du Comté de Nassau.
    "Il dit avoir vu un objet d'environ trois pieds de long débouler en éclaboussant ; c'est alors qu'il a eu mal au pied", dit Hailey. L'homme, dont le nom n'a pas été précisé, a identifié l'objet comme étant un requin.
    Les officiels pensent que la gueule du requin était ouverte et que les dents ont raclé la jambe, dit Hailey.
    Le jeune homme âgé de 18 ans, originaire de Cincinnati (Ohio), était en vacances avec ses parents ; il a été emmené en ambulance à l'Hôpital Shands-Jacksonville, où il a reçu des soins en externe, a dit un porte-parole.
    Dans le Comté Escambia, Waters a dit aux autorités qu'il était en train de pagayer sur sa planche à environ 100 yards de la côte pour prendre une vague, avec sa jambe gauche qui pendait dans l'eau. Il dit avoir vu un banc de petits poissons et une "ombre sombre" juste avant d'être mordu à la cheville.
    Il est retourné en pagayant à la côte, où il a appelé à l'aide. Il a été emmené en ambulance à l'Hôpital du Sacré Cœur.
    Les autorités ont estimé que l'accident de dimanche est arrivé à six ou huit miles de la zone où Jessie avait été attaqué. Le garçon pataugeait avec de l'eau à hauteur du genou dans la région du Gulf Islands National Seashore le 6 juillet, lorsqu'il avait été mutilé par un requin bouledogue qui lui avait arraché un bras et mordu une grande partie d'une cuisse.
    Dimanche, Jessie était dans un état critique, mais stable, à l'hôpital d'enfants du Sacré Cœur, après que son bras eut été rattaché à l'Hôpital Baptist, aussi à Pensacola, selon un communiqué.
    Malgré le rapprochement des accidents, Clark a dit que les autorités ne prévoyaient pas de publier une mise en garde officielle contre les requins.
    "Il y a des requins partout, du haut en bas de toutes les côtes du Golfe", dit Clark. "Comment voulez-vous dire aux gens de faire attention aux requins partout et tout le temps ?"
    Clark dit que les nageurs et les surfeurs doivent être conscients que les requins ont tendance à se rapprocher parfois très près de la côte.
    Il a dit que l'accident de dimanche présentait quelques facteurs de risque : le surfeur était en eau trouble et nageait près d'un banc de petits poissons, principale source de nourriture pour les requins.
    "Si vous rencontrez de telles conditions, il serait probablement prudent d'aller nager ailleurs", dit Clark. "Il faut seulement être attentif à son propre environnement et à celui des requins."

quitter la page

dépêche du 27 juillet 2001, Massachusetts :

    Un requin de 14 pieds de long a heurté violemment et à plusieurs reprises un bateau sur la côte du Massachusetts, terrifiant les touristes qui étaient sur ce bateau.
    On ne déplore pas de blessé au cours de cette épreuve, qui a duré dix minutes, mais le bateau a été secoué d'un bord à l'autre quand le requin de 700 livres cognait contre la coque.
    L'animal était, pense-t-on, un grand requin blanc mangeur d'homme.
    Le capitaine du bateau, Joe Fitzback, raconte "qu'il cognait violemment sur le bateau avec sa tête, et frappait de côté avec son dos. Nous étions tous trempés."
    "Il remuait le bateau dans tous les sens. J'ai dû retenir deux personnes par la ceinture, qui ont failli passer par dessus bord."
    Le Boston Herald rapporte que M. Fitzback (propriétaire des Top Rod Custom Charters) et ses six passagers étaient sur le point de terminer une sortie de pêche, lorsque l'attaque a eu lieu près de Chatham et de Monomoy Island, près de South Beach.
    M. Fitzback a alerté le Capitaine du Port de Chatham et des bateaux sont partis patrouiller le long de la côte à la recherche du requin.
    Si un équipage le trouve, le requin risque de recevoir un coup de fusil.

quitter la page

dépêche du 3 août 2001, Italie :

    Un homme et son fils ont repoussé l'attaque d'un requin de 18 pieds avec un bout de bois, après qu'il eût éperonné leur bateau de pêche.
    Ils étaient à 15 miles de Rimini quand leur bateau de 18 pieds a été attaqué.
    Les garde-cotes surveillent la zone au cas où le grand blanc se dirigerait vers les plages de vacances de la côte italienne.
    Un porte-parole a dit : "C'est un mangeur d'homme. Je voudrais recommander aux gens d'être prudents dans l'eau et, s'ils aperçoivent un aileron, de sortir de l'eau aussi vite que possible."
    Les deux hommes ont dit avoir eu de la chance d'avoir la vie sauve, car le requin a failli couler leur bateau, rapporte le Daily Mail.
    Giacomo Longhi a dit que "ça semblait ne plus s'arrêter ; il n'arrêtait pas de cogner le bateau encore et encore."
    Son père, Tersilio, a ajouté : "Le requin était aussi long que notre bateau. J'ai pris un bout de bois et je l'ai frappé sans m'arrêter ; il a ensuite disparu."

quitter la page

dépêche du 4 août 2001, Bahamas :

    Freeport, Bahamas - Un banquier de Wall Street réussit à repousser le requin qui l'avait attaqué, avant de regagner la côte à la nage avec une seule jambe valide. Avant que Krishna Thompson ne perde connaissance sur la plage, il a écrit sur le sable son numéro de chambre d'hôtel pour qu'on puisse l'identifier.
    M. Thompson, qui est maintenant à l'Hôpital Jackson Memorial à Miami, a été amputé de la jambe gauche juste en dessous du genou. Il était en vacances pour fêter son dixième anniversaire de mariage.
    Il nageait seul quand le requin l'a attaqué sur la côte de Freeport, dans la Grande Bahama.
    Sa femme, Ave Maria Thompson, a dit : "Il n'arrêtait pas de donner des coups de poing et encore des coups de poing. Il s'est coupé les mains en faisant cela. Il est si courageux. Arriver à repousser un requin et penser à faire ça." 

quitter la page

dépêche du 17 août 2001, Bahamas :

    Grande Bahama - Un homme a été mordu à la jambe par un requin dans les eaux de la Grande Bahama jeudi. C'est la seconde attaque ce mois-ci aux Bahamas, selon les media locaux.
    Le blessé a été transporté en avion sanitaire à Miami et conduit à l'Hôpital Jackson Memorial de cette ville jeudi soir, a rapporté la chaîne locale de télévision Fox-Channel7.
    Un porte-parole de l'hôpital a seulement annoncé que l'état de la victime était stationnaire, se refusant à donner des détails, y compris l'identité ou la nationalité de la victime.
    Aucun détail n'est actuellement disponible au sujet de cette attaque, qui succède à l'attaque du 4 août aux Bahamas, dans laquelle un banquier de Wall Street avait perdu une jambe. Krishna Thompson, âgé de 36 ans, avait été mutilé par un requin alors qu'il nageait au large de Our Lucaya Beach and Golf Resort sur l'île de Grande Bahama. Il s'était bagarré pour rejoindre la côte, mais, après son évacuation à l'hôpital de Miami, les chirurgiens avaient dû amputer sa jambe gauche au-dessous du genou.
    Cette attaque était survenue juste quelques semaines après que le bras d'un garçon âgé de huit ans avait été arraché par un requin bouledogue en eau peu profonde près de Pensacola sur la côte de Floride. Jessie Arbogast, dont le bras avait pu être rattaché par les chirurgiens, et qui est sorti de l'hôpital le week-end dernier, est encore en coma  léger.
    Les attaques, en pleine saison des vacances d'été, ont focalisé l'attention sur les requins, mais les experts disent que de telles attaques restent relativement rares étant donné les millions de gens qui, chaque année, fréquentent en masse les plages de Floride et des Caraïbes.

quitter la page

dépêche du 17 août 2001, Floride :

    New Smyrna Beach - La "plage la plus sûre du monde" ne l'a pas été samedi pour les trois surfeurs qui ont dû aller à l'hôpital local suite à des morsures de requin.
    Selon Joe Wooden, adjoint de la Patrouille de Plage du Comté Volusia, les attaques sont toutes survenues à presque un mile au sud de la jetée sud de l'Anse Ponce de Leon, entre 10h et 12h45.
    "Toute la matinée nous avons vu des requins", a dit Léon Johnston, directeur de la North Central Florida Conference of the National Scholastic Surf Association, patron de la compétition de surf qui se tenait dans la zone où ont eu lieu les morsures. "Il y avait des requins bouledogues de 7 à 8 pieds de long et des requins bordés de 6 pieds". Il a dit que des requins plus petits ont aussi été vus à 2 ou 3 pieds du bord, obligeant les concurrents à les contourner ou à passer par dessus.
     Deux des victimes de samedi, Jeff White, âgé de 20 ans, et Dylan Feindt, âgé de 19 ans, tous deux de New Smyrna Beach, étaient des concurrents de la compétition, a dit Johnston. La troisième victime, Jason Valentine, âgé de 20 ans, lui aussi originaire de New Smyrna Beach, faisait du free surf près de la zone de compétition.
    Les attaques n'ont apparemment pas déconcerté les autres surfeurs.
    Pete Frederiksen, âgé de 25 ans, originaire de Largo, a dit qu'il était près d'une des victimes lorsque l'attaque est survenue. "Je l'ai vu lever le pied et dire : Damned, je viens d'être mordu par un requin", rapporte Frederiksen. "Il y avait 5 ou 6 coupures sur son pied." Il dit avoir continué à surfer jusqu'à ce que les officiers de la Patrouille de Plage interdisent la plage aux baigneurs et aux surfeurs sur environ un mile, après l'attaque de White. La plage est restée interdite de 13 h à 15 h, selon le Capitaine Rob Horster.
    Du fait de cette fermeture, Johnston a dit que son groupe s'est déplacé vers le sud aux approches de la plage de Beachway Avenue, pour continuer la compétition.
    "Tous les gens du coin savent que l'anse est une nurserie pour les requins", a-t-il dit. "Mais aujourd'hui, ils étaient beaucoup plus agressifs que ce que j'ai pu voir depuis trente ans que je vis ici."
    La première attaque a été enregistrée vers 10 h du matin quand Feindt s'est présenté à la tente de la compétition avec des entailles au pied gauche. Il a reçu des soins sur place par un officier de Patrouille de Plage (qui n'était pas de permanence), puis conduit en véhicule privé au centre médical Bert Fish.
    Peu après midi, Valentine était mordu en travers du dos de sa main gauche. Pendant que les sauveteurs de la Patrouille de Plage le soignaient, environ 30 minutes plus tard, White venait dire qu'il avait été mordu au pied droit, selon Wooden.
    Kate Holcomb, porte-parole de Halifax/Fish Community Health, a dit que Valentine a subi samedi après-midi des soins chirurgicaux pour réparer les dégâts de sa main et devait passer la nuit à l'hôpital. Son état était considéré comme satisfaisant. Les deux autres ont pu quitter le service des urgences après y avoir reçu des soins.
    Johnston a dit qu'il avait demandé aux concurrents d'être prudents vis à vis des requins, mais qu'il avait décidé de ne pas clore la compétition. "(Les requins) sont dans l'eau et nous sommes aussi dans l'eau. Nous espérons seulement ne pas nous foncer dedans les uns dans les autres", a-t-il dit samedi après-midi. "Nous retournerons dans l'anse demain matin."
    Wooden a dit qu'il pensait que les requins étaient attirés dans la zone par une grande concentration de petits poissons près de l'anse. Quand, samedi, se sont ajoutés l'eau trouble près de la côte et un grand nombre de surfeurs, cela a été "une mauvaise combinaison de facteurs", a-t-il dit.
    Ces attaques ont attiré l'attention des media nationaux. "C'était la journée à la plage des media", a dit Wooden.
    Ces attaques ont porté le nombre d'attaques de requin enregistrées dans le Comté Volusia à 14 pour l'année (aucune n'a été fatale). L'année dernière, 12 attaques avaient été enregistrées.

quitter la page

dépêche du 18 août 2001, Floride :

    New Smyrna Beach - "Le Comté Volusia est probablement la capitale mondiale des attaques de requin", dit Samuel H. Gruber, un professeur de biologie marine à l'Université de Miami.
    Six personnes ont été mordues par des requins au large de New Smyrna Beach au cours du week-end, portant à 15 le total des attaques de requin le long des 50 miles de plages populaires du Comté Volusia pour cette année, selon Georges Burgess, l'expert en requins de l'Université de Floride.
    Burgess, directeur du Fichier International d'Attaques de Requin à Gainesville, a dit que 29 des attaques de requin de cette année ont eu lieu aux États-Unis.
    Les surveillants de plage ont temporairement fermé une bande d'un quart de mile de New Smyrna Beach pour une seconde journée après qu'un requin eut été repéré au niveau des vagues. Mais les surfeurs, les surveillants de plage et les experts en requins ont immédiatement rappelé que les rencontres de requin ne sont pas quelque chose de nouveau. Les surfeurs et les kayakistes en voient régulièrement dans les vagues. Et au dernier week-end de Pâques, il y a eu ici sept attaques de requin en deux jours.
    "Ils sont toujours ici. Il faut seulement être prudent et faire attention à ce qu'il y a autour de soi", dit Léonardo Pedreros, un surfeur âgé de 18 ans.
    L'association d'une eau trouble, du fait que les fortes pluies tombées récemment ont amené de la boue dans la mer, avec une plage inhabituellement bondée du fait d'une compétition de surf, peut être à l'origine des erreurs des requins, qui ont pris des humains pour du poisson.
    "Quand l'eau est claire, il n'y a pas de problème, car les requins peuvent utiliser leur sens visuel", dit Dan Jacocks, âgé de 44 ans, qui fait du kayak tous les matins au large de New Smyrna Beach (situé à environ 15 miles au sud de Daytona Beach).
    New Smyrna Beach et Ponce Inlet à côté hébergent une population variée de petits poissons qui attirent les requins et peut expliquer pourquoi la zone détient le record mondial des attaques de requin, selon Burgess. "C'est un véritable buffet qui va et vient", dit-il.
    Jason Valentin en sait quelque chose. Un requin a pris sa main gauche pour de la nourriture samedi alors qu'il surfait à New Smyrna Beach. Le requin a laissé une entaille de deux pouces sur le dos de sa main, nécessitant de recoudre les tendons et les ligaments déchirés. "Il a pris un assez gros morceau de ma main", dit Valentin, qui prévoit de retourner surfer quand sa main sera guérie. "J'ai su foutre le camp hors de l'eau."
    Une autre victime, Beacky Chapman, âgée de 17 ans, a subi des soins chirurgicaux à l'Hôpital Bert Fish, mais lundi son état était satisfaisant. La porte-parole de l'hôpital, Kate Holcomb, a dit que Chapman serait sortante plus tard dans la journée.
    L'année dernière, sur 79 attaques de requin dans le Monde, 51 ont eu lieu aux États-Unis, 34 en Floride et 12 dans le Comté Volusia, selon Burgess. Le Comté Volusia est actuellement en train de dépasser son record d'attaques de requin (18), tenu en 1996.
    Le surfeur Sean Nolan, un étudiant âgé de 24 ans, voit un avantage dans les attaques de requin : "Il y a moins de queue ; d'habitude il y a foule ; peut-être cela fera partir les gens ?"

quitter la page

2e dépêche du 18 août 2001, Floride :

    New Smyrna Beach - Requins 6, Surfeurs 0. C'est le score aujourd'hui dimanche. Juste après l'envoi à l'hôpital de trois autres surfeurs suite à des morsures de requin. Les requins sont tenus responsables de trois autres attaques dimanche sur les plages du Comté Volusia.
    Selon les responsables de la Patrouille de Plage du Comté Volusia, deux des attaques de dimanche sont survenues dans la même zone que les incidents de samedi, à environ un demi-mile au sud de l'Anse Ponce de Leon. La troisième a eu lieu à Wilbur-by-the-Sea, à proximité du bloc 4000 de South Atlantic Avenue, vers environ 10 heures du matin.
    Cette victime, une surfeuse âgée de 17 ans, a été mordue au pied gauche, selon le chef adjoint Joe Wooden. Son nom n'a pas été révélé parce que la Patrouille de Plage n'avait pas encore pu contacter ses parents, a dit Wooden. L'adolescente a reçu les premiers soins sur place par les surveillants de plage, puis a été transportée au Centre Médical Halifax, où elle a reçu des soins en externe.
    Environ trois heures plus tard, les surveillants de plage au sud de l'anse ont été informés que deux surfeurs avaient été mordus à une minute d'intervalle vers 13h15.
    Selon le Capitaine Dave Williams, Becky Chapman, âgée de 17 ans, originaire de Winter Park, et Bobby Kurrek, 32 ans, de New Smyrna Beach, étaient en train de surfer à un demi-mile l'un de l'autre lorsqu'ils ont été attaqués.
    Il a dit que Chapman, qui avait pied là où elle était, était en train de remonter les vagues sur sa planche, lorsqu'un requin a attrapé sa jambe gauche. "Il a mordu dans les muscles du mollet gauche, tranchant deux tendons", a dit Ted, le père de Chapman, qui attendait devant le Centre Médical Bert Fish. "Ils ont dit que c'était un requin bordé de 6 à 7 pieds de long." Il a dit que Becky avait étendu le bras vers le bas et avait touché le requin. Lorsqu'elle a réalisé ce que c'était, elle s'est mise à donner des coups de poing au poisson pour le faire partir, a raconté Ted Chapman. Un ami a aidé Becky à rejoindre la côte, puis elle a été transportée à l'hôpital. Becky a été opérée dimanche en fin d'après-midi pour réparer les dégâts de sa jambe. Son état était considéré comme satisfaisant. "Les médecins disent qu'elle va très bien s'en sortir", a ajouté Ted Chapman.
    Il a raconté que Becky fait du surf depuis environ deux ans, la plupart du temps du côté de New Smyrna Beach, et que ce n'était pas la première fois qu'elle rencontrait un requin. "Elle avait été frôlée par un requin au cours du week-end du 4 juillet", a-t-il dit.
    Ted Chapman a ajouté qu'il ne croyait pas que cette rencontre empêchera sa fille de vouloir refaire du surf, mais sa mère pourrait penser autrement. "Je pense qu'elle va réduire en morceaux la planche de surf de Becky, puis mettre les morceaux au feu", a-t-il dit.
    Kurrek a dit que c'est la première fois qu'il a eu vraiment peur en faisant du surf. Il surfait depuis environ deux heures près de la jetée sud et se dirigeait vers la côte quand il s'est retrouvé entouré de requins. "J'ai regardé à droite et j'en ai vu quatre ou cinq ; j'ai regardé à gauche et j'en ai vu six ou sept", dit Kurrek. "J'étais seulement dans deux ou trois pieds d'eau, à 50 yards du bord." Il raconte que deux des animaux ont foncé sur lui pendant qu'un autre jaillissait par en-dessous, cognant sa planche de surf. Puis le requin s'est mis à lui tourner autour, avant de saisir le pied droit de Kurrek dans sa gueule. "Il m'a arraché de ma planche", dit-il. "Mon pied était entièrement dans sa gueule."
    Le requin a rapidement relâché Kurrek, qui a alors pu regagner la côte. Il est allé à pied jusqu'à un poste de surveillance non loin de là, où il a reçu les premiers soins pour plusieurs entailles sur le dos et la plante du pied. Il est ensuite allé au Centre Médical Bert Fish, où il a reçu d'autres soins et dont il est sorti dimanche après-midi.
    Kurrek dit que, depuis douze ans qu'il surfe dans les eaux de New Smyrna Beach, il avait vu plusieurs petits requins, mais que les poissons de dimanche étaient beaucoup plus grands. "Ils faisaient 4 ou 5 pieds de long, gris sur le dessus et le ventre blanc."
    Williams et Wooden ont dit que la Patrouille de Plage avait décidé dimanche matin d'ouvrir les plages à la baignade et à la pratique du surf malgré les attaques de samedi, mais ils ont pris des précautions supplémentaires. En particulier, de demander à la compétition de surf de la National Scholastic Surfing Association de s'éloigner de l'anse, afin d'éviter l'activité humaine là où les requins se montrent excités, a dit Wooden.
    Deux des trois surfeurs blessés samedi participaient à cette compétition. L'un, Jason Valentine, de New Smyrna Beach, est resté au Centre Médical  Bert Fish après l'opération chirurgicale de sa morsure de requin à la main. Son état était considéré satisfaisant et il devait sortir tôt ce matin, selon un porte-parole de l'hôpital. Les autres victimes, Jeff White, âgé de 20 ans, et Dylan Feindt, âgé de 19 ans, tous deux de New Smyrna Beach, sont sortis du Centre Médical Bert Fish tard dans la journée de samedi, après traitement de leurs blessures aux pieds et aux chevilles.
    En plus du déplacement de la compétition de surf, Wooden a dit que la Patrouille de Plage avait sorti un bateau et un scooter des mers à la recherche de requins à proximité de l'anse. Si on devait en repérer un, la plage serait immédiatement fermée, a-t-il dit. "Ils ont dit n'avoir rien vu jusqu'au décours immédiat des attaques", a dit Wooden.
    Les attaques de dimanche portent le total pour le Comté Volusia à 17 cette année. C'est à une unité près le record de 1996 à 18, dit Wooden. Et cela représente presque la moitié des 37 accidents signalés dans le Monde cette année.
    "Mais il faut relativiser les choses", dit-il. "L'Australie n'en est qu'à trois attaques de requin, mais elles ont été mortelles toutes les trois. Nous n'avons jamais eu d'accident mortel sur les plages de Volusia."

quitter la page

dépêche du 21 août 2001, Floride :

    New Smyrna Beach - Un surfeur a été mordu aujourd'hui par un requin sur la côte du Comté Volusia ; c'est la septième attaque sur l'étendue de plages du comté.
    Omar Oyarce, âgé de 27 ans, a été mordu à la cuisse droite, alors qu'il rentrait dans l'eau après avoir fait une pause sur la plage à cause de l'orage. Oyarce a été emmené à l'hôpital, mais, ses blessures n'étant pas graves, il en est sorti rapidement.
    "J'étais juste en train d'entrer dans l'eau", a dit Oyarce à la station de télévision WKMG d'Orlando. "Je ne pense pas que je reviendrais ici."
    Il n'est pas la seule victime d'attaque de requin qui évitera New Smyrna Beach à l'avenir. D'habitude, Becky Chapman, âgée de 17 ans, appréciait surfer près de l'Anse Ponce de Leon au large de New Smyrna Beach, avec ses vagues de trois pieds et ses eaux chaudes. Mais elle a dit que ce n'était pas demain la veille qu'elle retournera à l'endroit où un requin a gravement mordu sa jambe le week-end dernier.
    "Je suis toujours venue à l'Anse, parce que c'est là que c'est le mieux pour faire du surf", a dit Chapman aujourd'hui. "J'avais déjà vu des requins... mais ils ne m'avaient jamais embêtée jusqu'ici. Après ce qui s'est passé, j'irai surfer ailleurs", a-t-elle ajouté.
    Chapman est l'un des sept nageurs attaqués dans les eaux de New Smyrna Beach durant les quatre derniers jours. Lors du week-end de Pâques, sept personnes avaient déjà été mordues.
    Cela porte à 16 le total des attaques le long de plus de 50 miles de plages du Comté Volusia cette année, selon Georges Burgess, directeur du Fichier International des Attaques de Requin à Gainesville.
    La Patrouille de Plage du Comté Volusia a annoncé aujourd'hui qu'elle avait enregistrée une attaque de plus que Burgess, soit 17. Le record des plages du Comté est de 18, atteint en 1996.
    41 attaques de requin sont survenues dans le Monde depuis janvier. 30 d'entre elles ont eu lieu aux Etats-Unis, dont 23 en Floride.
    Chapman a dit qu'elle avait été attaquée alors qu'elle était assise sur sa planche dans de l'eau à hauteur de la ceinture. La morsure a tranché son tendon d'Achille, entaillé une artère et déchiré des muscles au niveau du mollet gauche.
    "Quand j'étais sur la plage, ils ne voulaient pas me laisser regarder ma jambe, mais, quand j'étais encore dans l'eau, j'avais senti en tâtant de la main. C'est quand j'ai réalisé que c'était grave que j'ai commencé à paniquer. C'était horrible... quand j'ai mis ma main, je pouvais sentir l'artère couler à flot."
    Aujourd'hui, l'état de Chapman est satisfaisant, mais elle s'attendait à rester encore deux autres jours avant de pouvoir sortir du Centre Médical Bert Fish.
    Le Dr Arlen Stauffer, directeur médical du service des urgences de l'hôpital, a dit que les blessures de Chapman étaient caractéristiques de celles traitées précédemment dans cet hôpital, mais en plus grave.
    "Nous avons eu à traiter 45 morsures de requin dans notre salle des urgences au cours des cinq dernières années ; 28 d'entre elles concernaient des surfeurs", a dit Stauffer. "Mais seulement cinq victimes ont eu à passer en salle d'opération."
    De nombreux surfeurs ont demandé un renforcement de la sécurité avant d'aller à l'eau. Un jeune homme, planche sous le bras, a fait deux fois le signe de croix avant de plonger dans les vagues.
    Un autre surfeur, Christie Bew, âgée de 23 ans, a dit : "Je vois les requins là-bas, alors je fais ma prière en espérant que cela me protégera."
    "En entrant dans l'eau, on entre aussi dans la chaîne alimentaire", a dit un habitant du coin, Woody Hart, âgé de 52 ans, qui a apporté son camescope à la plage aujourd'hui.
    Pendant ce temps, Charlie Justice, représentant de l'Etat (District de St-Petersburg), a dit aujourd'hui qu'il voulait se renseigner sur la législation qui pourrait réguler voire interdire le nourrissage de requin sur les côtes de Floride. "Il y a une inquiétude grandissante vis à vis des nourrissages de requin, qui amèneraient peut-être les requins à associer les humains avec de la nourriture", selon Justice.

quitter la page

2e dépêche du 21 août 2001 (statistiques) :

Source : ISAF, Musée d'Histoire Naturelle de Floride ; diffusé par AFP ; cité par le Quotidien de la Réunion et de l'Océan Indien, daté du 21/8/2001

attaques de requins
signalées depuis 100 ans

USA 710
Australie 324
Afrique 291
Pacifique et Océanie 266
Asie 133
Hawaï 98
Amérique du Sud 93
Bahamas et Antilles 83
Amérique Centrale 69
Nouvelle-Zélande 23
Europe 38
Bermudes 9
Canada 2

 

nombre de victimes depuis 1990
  blessés morts
Floride 222 2
Afrique du Sud 69 8
Brésil 50 12
Australie 37 11
Hawaï 35 2
Californie 33 2
Nouvelle-Zélande 17 0
Réunion 12 7
Japon 10 6
Hong-Kong 6 6

    (...) Georges Burgess, chercheur de l'Université de Floride responsable du dossier requins, a fait part de son inquiétude face à ce qu'il appelle le déchaînement des médias après cette série d'attaques. Cela risque, estime-t-il, de provoquer des représailles injustes contre les squales, qui sont à ses yeux bien moins menaçants que d'autres créatures.
    "Les abeilles, les guêpes et les serpents font de loin plus de victimes tous les ans", souligne M. Burgess.
    "Aux États-Unis, le risque annuel d'être tué par la foudre est trente fois supérieur à celui d'une attaque par un requin", ajoute-t-il.

quitter la page

dépêche du 22 août 2001, Floride :

    New Smyrna Beach - Un petit requin a enfoncé ses dents dans le pied d'un surfeur de 17 ans mercredi après-midi. C'est la huitième morsure signalée en cinq jours, selon les membres de la Patrouille de Plage.
    La morsure, qui a eu lieu au sud de l'Anse Ponce de Leon est la 18e de l'année, égalant ainsi le record des morsures de requins sur un an le long des plages du Comté Volusia. La plupart des morsures ont été mineures ; aucune n'a été mortelle.
    A cause de la récente série de morsures de type "je mords et je m'en vais", les membres de la Patrouille de Plage ont interdit les activités aquatiques dans les vagues sur une bande d'un demi-mile au sud de la jetée sud mercredi en fin d'après-midi et pour aujourd'hui.
    Considérant la série de morsures qui a commencé samedi et se poursuit en ce début de semaine, les membres de la Patrouille de Plage ont demandé qu'un hélicoptère de la Police survole l'Anse mercredi après-midi pour contrôler l'activité des requins, a dit Joe Wooden, adjoint de la Patrouille de Plage.
    "Après avoir vu des requins dans l'anse, nous avons parcouru la plage pour faire des annonces de prudence et faire savoir aux surfeurs qu'ils allaient dans l'eau à leurs risques et périls", a dit Wooden.
    Plusieurs surfeurs n'ont pas tenu compte de l'avertissement, et moins d'une heure plus tard, vers 16h20, un petit requin mordait Lowell Lutz, de Edgewater, au pied gauche.
    Les membres de la Patrouille de Plage ont soigné la petite morsure de Lutz, qui n'a pas eu besoin d'être transféré à l'hôpital.
    Après que les surveillants eurent fermé aux activités aquatiques la petite bande d'un demi-mile de vagues, la plupart des surfeurs ont plié bagages pour la journée, ou alors se sont déplacés plus loin au sud.
    Keith Mitchell, âgé de 17 ans, originaire de Edgewater, qui surfait près de la plage de Flager Avenue, a dit qu'il n'appréciait pas la fermeture de la meilleure zone de surf. "Mais avec autant de requins dans l'eau, c'est préférable", a-t-il ajouté.
    Kevin, le frère jumeau de Mitchell, a dit qu'il avait vu de nombreux requins depuis le temps qu'il surfait ici, et qu'il n'avait jamais eu de problèmes, mais qu'il pensait que l'arrêt des activités aquatiques à proximité de l'Anse était probablement une bonne idée.
    Wooden a dit que la plupart des morsures de requins survenues dans le comté ont eu lieu à la fin du printemps ou au début de l'été. La récente série d'attaques est, selon lui, inhabituellement tardive dans la saison.
    La plupart des morsures sont le fait de requins bordés et de requins tisserands, jeunes ou désorientés, qui prennent les gens pour du poisson.
    "Il y a beaucoup de facteurs en jeu dans l'explication de ces morsures", selon Wooden. "Nous avons eu quelques vagues inhabituellement grosses et de l'eau quelque peu trouble autour de la jetée. Ces deux facteurs contribuent à désorienter les requins."
    Wooden a dit que les déferlantes avaient en moyenne 2 pieds de haut sur la plupart des plages du comté, mais, mercredi après-midi, juste au sud de l'anse, les vagues approchaient les 4 pieds.
    Au cours des cinq derniers jours, huit attaques de requin ont été rapportées le long des plages du comté. En avril, il y avait eu une série semblable, avec sept attaques signalées en trois jours. Sur l'ensemble de l'année dernière, on avait enregistré douze morsures.
    Wooden a dit qu'il était surpris qu'autant de surfeurs continuent à affronter l'océan malgré la série de morsures. "Les surfeurs savent que les requins sont là ; ils savent qu'ils mordent ; mais ils vont quand même à l'eau", dit-il ; "c'est comme ça".
    Shamon Burton, âgé de 22 ans, est employé au magasin de surf Quiet Flight sur Flager Avenue à New Smyrna Beach. Pour lui, la fermeture est probablement une bonne idée juste maintenant, mais il pourrait voir les choses différemment si les vagues dans l'anse étaient particulièrement belles : "Avec toutes les morsures qu'il y a eu récemment, cela ne vaut pas la peine de prendre de risques", dit-il. "Mais si les vagues étaient vraiment, vraiment belles, cela serait une toute autre histoire."

quitter la page

dépêche du 25 août 2001, Floride :

   New Smyrna Beach - Malgré les précautions prises par la Patrouille de Plage du Comté Volusia, qui a fermé une large zone de plage au sud de l'Anse Ponce de Leon dimanche, une 19e attaque de requin a envoyé un surfeur à l'hôpital.
    Ben Gibbs, âgé de 18 ans, originaire de Casselberry, a été mordu au pied droit et dans la partie supérieure de la cuisse vers 4 h de l'après-midi ; il faisait du boogie board en face du poste de surveillance situé près de la rampe sur la plage de Flager Avenue, a précisé le Capitaine Dave Williams de la Patrouille de Plage du Comté Volusia. Gibbs a été soigné sur place, puis a décidé d'aller à l'hôpital près de chez lui, a ajouté Williams.
    Gibbs était au sud de la bande d'un mile de vagues fermée aux nageurs et aux surfeurs tout le week-end suite à la série d'attaques de requin la semaine dernière.
    Juste quelques minutes avant l'accident, Williams avait survolé la zone dans l'hélicoptère Air One du comté à la recherche des dangereux prédateurs, lesquels pullulaient dans la zone pendant plus d'une semaine. Williams a dit qu'il avait déjà scruté du ciel la surface de l'eau vers 10 h du matin et qu'il n'avait vu qu'un seul requin.
    Cette attaque porte le total à 19 morsures de requin cette année le long des plages du comté, dont neuf au cours de la semaine dernière.

quitter la page

dépêche du 27 août 2001, Floride :

   New Smyrna Beach - Un requin a mordu un nageur sur la plage de New Smyrna Beach cet après-midi ; c'est la dixième personne en huit jours à subir une morsure de requin dans le Comté Volusia et la vingtième cette année.
    William Goettel, âgé de 69 ans, était en train de nager vers 16h30 à proximité de la rampe de la plage de la 27e Avenue, lorsqu'il a senti quelque chose qui attrapait son talon gauche, a rapporté le Capitaine Dave Williams de la Patrouille de Plage du Comté Volusia. Goettel a dit aux membres de la Patrouille de Plage que, du fait de l'eau trouble, il n'avait pas vu la créature qui a mordu son talon, puis est partie.
    Les survols de la plage plus tôt dans la journée n'avaient pas montré de requins dans la zone des abords de la 27e Avenue. 
    Goettel a quitté les lieux dans son propre véhicule après avoir reçu des soins de la part des membres de la Patrouille de Plage. Il a dit qu'il irait à l'hôpital s'il pensait que des points de suture étaient nécessaires, a précisé Williams.
    Une bande d'un mile de plage au sud de l'Anse Ponce restera officiellement fermée, au moins jusqu'à mardi, en raison du grand nombre de requins vadrouillant le long de la côte. La Patrouille de Plage a inspecté la mer tout au long de la journée et a conclu que les eaux n'étaient pas suffisamment sûres pour y nager ou y surfer.
    Mais les surfeurs, attirés par les bonnes conditions de surf, ont défié ce jour la décision du Comté et sont allés quand même à l'eau. Bien que la Patrouille de Plage ait prévenu la semaine dernière qu'elle pourrait arrêter quiconque essayerait d'aller à l'eau, elle a eu aujourd'hui une attitude de non-intervention. Les surfeurs ont seulement été prévenus que les sauveteurs ne risqueraient pas leur propre sécurité pour secourir quelqu'un dans la zone interdite au surf et à la baignade.

quitter la page

dépêche du 2 septembre 2001, Virginie :

    Le décès de David Peltier, âgé de dix ans, originaire de Richmond, a été annoncé dimanche à 3h45 (heure d'été de l'Est) à l'hôpital d'enfants de The King's Daughters. Un porte-parole de l'hôpital a précisé que, lors de l'attaque, l'artère principale de la cuisse gauche avait été sectionnée, entraînant une perte sanguine considérable.
    David rendait visite à son père, Richard Peltier, qui habite à Virginia Beach. L'attaque a eu lieu samedi vers 6 heures du soir. David et son père étaient dans environ 4 pieds d'eau sur un banc de sable à 50 yards du bord.
    Des témoins de l'attaque disent avoir vu le père frapper le requin pour essayer de lui faire lâcher son fils.
    Dans un premier temps, David a été traité à l'hôpital général de Virginia Beach. Il a ensuite été transféré dans le service de traumatologie de l'hôpital général Sentara à Norfolk, puis ensuite à l'hôpital d'enfants de The King's Daughters, où il est décédé.
    La famille de David a publié, par l'intermédiaire de l'hôpital, un communiqué disant qu'ils "estimaient les expressions de sollicitude, de sympathie et de soutien qu'ils avaient reçues et demandaient qu'on continue à prier pour eux."
    "C'est au nom de toute la ville de Virginia Beach que je dis combien je suis terriblement attristée par cet horrible accident", a dit le Maire, Meyera E. Obendorf.
    Les attaques sont exceptionnelles à Virginia Beach, selon Maylon White, conservateur du Virginia Marine Science Museum. Selon les autorités, l'attaque de requin de samedi est la première survenue dans la zone de Virginia Beach depuis quelques trente ans.
    White précise que les requins fréquentant les eaux de Virginia Beach sont habituellement des espèces de petite taille, comme le requin gris, le requin taureau et le requin marteau. On trouve rarement des espèces plus grandes comme le requin tigre ou le requin bouledogue. On ne sait pas à quelle espèce appartient le requin qui a attaqué David Peltier. Sa taille est estimée à 2m40.
    Afin de prévenir d'autres attaques dans les eaux de Virginia Beach ce week-end, le Maire Obendorf a demandé aux membres des services de sécurité de la ville de prendre toutes les mesures possibles pour protéger les nageurs des attaques de requins.
    Il y aura des bateaux patrouillant sur l'eau et des véhicules contrôlant le bord de mer depuis les plages.
    Tous les surveillants de baignade seront formés à la recherche de signes de présence de requins. Au moindre signe de requin, les surveillants demanderont aux nageurs de sortir de l'eau.
    Les membres de l'EMS conseillent vivement aux nageurs d'être vigilants et prudents dans l'eau, spécialement dans les zones non surveillées.

quitter la page

dépêche du 3 septembre 2001, Caroline du Nord :

    Avon (AP) - Un requin a attaqué un couple qui pataugeait dans les vagues le long des Outer Banks lundi. Un Russe âgé de 28 ans a été tué et son amie âgée de 23 ans a été gravement blessée.
    Les autorités ont identifié la victime décédée : Serge Zaloukaev, d'Arlington. Il a perdu son pied droit au dessus de la cheville ; une autopsie est en cours à l'Hôpital County Memorial à Greenville. Son amie Natalia Slobonskaya, de Vienna (Virginie), a subi une intervention chirurgicale la nuit dernière dans un hôpital de Norfolk. Elle a perdu son pied gauche, que les sauveteurs n'ont pu retrouver. Sa mère l'a rejointe à l'hôpital.
    Les autorités des Gardes-Côtes ont fait aujourd'hui deux reconnaissances aériennes de la zone le long de la côte du Cap Hatteras. Lors d'un des vols, les observateurs ont vu des requins, mais les plus proches du lieu de l'attaque étaient à environ 10 miles de là, selon Mary Doll du National Park Service.
    L'attaque de requin de lundi est la seconde attaque mortelle dans la région depuis les vacances. Elle a eu lieu à 99 miles au sud de l'endroit où un garçon de dix ans avait trouvé la mort dans l'attaque de dimanche au large de Sandbridge.
    Ces deux décès sont les seuls parmi les 51 attaques de requins enregistrées cette année dans les eaux des États-Unis. Il y avait eu 53 attaques aux États-Unis l'année dernière.
    La dernière attaque mortelle enregistrée dans les eaux de Caroline du Nord remonte à 1957, d'après le Fichier International des Attaques de Requin à Gainesville en Floride.
    Les plages étaient ouvertes au public aujourd'hui, mais les autorités ont averti les nageurs d'être prudents, spécialement au crépuscule quand les requins s'approchent des côtes à la recherche de nourriture.
    "Je ne sais pas si je dois utiliser le terme "avoir peur", dit David Griffin, directeur de l'Aquarium de Caroline du Nord à Roanoke Island. "La notion de respect est préférable".
    Slobonskaya était consciente aujourd'hui, mais son état, bien que stable, restait critique, selon Sandra Miller, porte-parole de l'Hôpital Général Sentara de Norfolk. Elle était sous assistance ventilatoire, a précisé le Dr Jeffrey Riblet, un chirurgien traumatologue de l'hôpital.
    La jeune femme a été transférée lundi au centre de traumatologie à l'Hôpital Sentara de Norfolk par un hélicoptère sanitaire du Comté Dare.
    Ils présentaient tous les deux des "blessures graves multiples" aux jambes et aux fesses, selon le Dr Seaborn Blair du Centre Médical d'Avon.
    Le décès de l'homme a été constaté à Avon peu après l'attaque.
    Peu après dix heures du soir, l'Hôpital Général de Norfolk a annoncé que la jeune femme était dans un état critique, mais stable, après intervention chirurgicale et était placée en unité de soins intensifs. Elle présentait aussi de graves blessures au torse.
    "A moins de complications imprévues comme une infection, je pense que nous pourrons la sortir de là", a dit Riblet lundi soir.
    "Elle a perdu énormément de sang", a dit le Dr Jon D. Mason, médecin urgentiste. "Les perfusions rapidement mises en place ont évité qu'elle ne perde totalement conscience. Ils ont fait du bon travail en Caroline".
    "Elle a des blessures graves ... une perte sanguine inquiétante", dit-il sans entrer dans les détails, mais "les choses semblent s'améliorer pour elle".
    Dorothy Toolan, une porte-parole du Comté Dare, a dit que les deux victimes étaient des citoyens russes. Doll, du National Park Service, a précisé qu'ils entretenaient une relation amoureuse et étaient internes dans la région de Washington.
    Un employé de l'Ambassade de la Fédération de Russie a déclaré qu'ils n'avaient pas été informés de l'accident lundi soir et qu'ils venaient juste de l'être.
    Les deux victimes nageaient à une distance de 20 à 40 pieds du bord près d'un banc de sable, quand ils ont été attaqués vers 6 heures du soir, juste au large de la plage de Greenwood Place dans la zone de Askins Creek à Avon.
    Gary Harkin, âgé de 33 ans, originaire de Columbus dans l'Ohio, était sous une tente sur la plage avec ses amis Paul et Carolyn Richards. Il a raconté comment les amis du couple les ont aidés à sortir de l'eau.
    "Il parlait encore quand il est sorti de l'eau", a dit Harkin. Celui-ci dit avoir essayé de poser un garrot sur la jambe du blessé avec son T-shirt à manches longues. Pendant ce temps, Carolyn tentait une réanimation cardio-respiratoire.
    "J'ai perçu son pouls à deux reprises, puis je l'ai perdu", dit-elle.
    Harkin a dit que l'homme avait perdu une jambe et un doigt. La femme, dit-il, a perdu le pied gauche et a été mordue à la hanche gauche et au poignet gauche. Les deux avaient aussi des blessures dans la région de l'aine.
    Doll a dit que lorsque le premier officiel est arrivé, un adjoint du shérif du Comté Dare, l'homme était en arrêt cardiaque total.
    Daniel Roughton, âgé de 21 ans, originaire d'Avon, surfait près du couple avec trois autres personnes. Il dit avoir vu le couple sur la plage avec quelqu'un qui faisait des gestes de secourisme. "Un type a descendu la plage en courant en disant à tout le monde de sortir de l'eau", a raconté Roughton.
    Les officiels du Comté Dare se sont mobilisés rapidement lundi soir pour déterminer l'étendue du danger posé par les requins dans les eaux des Outer Banks. Le Groupe de Contrôle du Comté Dare, un regroupement de membres des services de secours et de responsables des services clés qui se réunit d'habitude pour les ouragans, s'est réuni lundi soir.
    Sandy Sanderson, directeur des opérations de secours du Comté, a annoncé qu'un avion observerait la zone côtière aujourd'hui à la recherche de requins. On ne savait pas encore si les plages seraient ouvertes à la baignade aujourd'hui le long des Outer Banks.
    Des proches du garçon tué dans l'attaque de samedi à Virginia Beach critiquaient la décision de maintenir les plages ouvertes après l'annonce de la nouvelle attaque lundi. "Cela met en danger des gens", dit David Winter, âgé de 33 ans, dont le neveu David Peltier, âgé de dix ans, est le premier mort par attaque de requin cette année. Il considère "irresponsable" le choix de Virginia Beach de réouvrir ses plages au public un jour après l'attaque.
    "J'imagine que les gens vont sur les plages pour la plage et ne pensent pas à ce qu'il y a dans l'eau", a dit Harry Winter, le grand-père de David.
    Samedi, un requin avait attaqué mortellement David Peltier, dix ans, à Virginia Beach, laissant une entaille de 17 pouces dans sa jambe gauche et ne le relâchant qu'après que le père du garçon eût frappé le requin sur la tête. Le père, Richard Peltier, avait porté David à terre, mais le garçon était mort quelques heures plus tard, après avoir perdu de grandes quantités de sang par une artère sectionnée.
    Sanderson, porte-parole du Comté Dare, a dit qu'il était trop tôt pour spéculer sur l'espèce de requin responsable de l'attaque de lundi. Il faudra attendre que la survivante puisse être interrogée et que les blessures soient examinées de plus près.
    Les eaux de Caroline du Nord hébergent toutes sortes de requins, selon Jack Musick, professeur de science marine à l'Institut de Science Marine de Virginie et directeur du programme de recherche sur les requins.
    "A Avon, c'est la même situation écologique qu'ici à Virginia Beach", dit Musick. "Mais il est sûr qu'il y a plus de requins bordés là-bas qu'ici."
    Les eaux de Cap Hatteras sont le territoire du requin bouledogue, selon lui. "Ce sont eux qui posent problème", dit Musick. "Ils aiment manger de gros animaux comme les tortues de mer."
    Un requin suffisamment agressif et suffisamment puissant pour attaquer deux personnes, et en tuer une, doit appartenir à une des grosses espèces de requins, comme les requins bouledogues, a dit George Burgess du Fichier International des Attaques de Requins. "C'est un grand requin, dit-il, et que l'on trouve communément juste le long des plages, avec la réputation d'attaquer les humains." Des requins bouledogues ont été impliqués dans de nombreuses attaques graves, dont l'attaque du garçon de huit ans en juillet à Pensacola (Floride) et l'attaque mortelle d'un homme à St-Petersburg (Floride) l'été dernier, dit-il.
    Ce sont les premières attaques enregistrées en Caroline du Nord cette année.
    Carolyn McCormick, directrice du Bureau des Visiteurs des Outer Banks, a dit qu'un dénominateur commun entre l'attaque de lundi et celle de samedi à Virginia Beach était qu'elles étaient survenues toutes les deux vers six heures du soir. "Il faut demander aux gens de faire attention, spécialement à ces heures-là", dit-elle, ajoutant : "Nous adressons nos condoléances à tous les proches de ces deux personnes. C'est un immense chagrin."
    Selon les autorités, personne n'a signalé avoir vu de requin dans la zone avant les attaques, mais on en avait vus quelques jours auparavant.
    Maylon White du Marine Science Museum de Virginie a dit que la férocité de l'attaque "pourrait suggérer que c'était un requin tigre... Il n'y a pas de moyen d'en être sûr. Tout ce que nous pouvons faire est d'exclure d'autres suspects."
    Ce qui est certain, c'est que la proximité et l'horaire des deux attaques mortelles sont étonnantes. "L'année dernière, il n'y a eu qu'un cas mortel aux États-Unis et, là, nous en avons eu deux." Il a dit qu'il était difficile de savoir si les événements étaient simplement une tragique coïncidence ou le signe de quelque chose de plus inquiétant. "Si la fin de l'année se passe sans rien d'autre, on pourra dire rétrospectivement que c'était une coïncidence. Mais si quelque chose d'autre arrive dans les prochaines semaines, cela changera la façon de penser."
    Il dit que le choix des autorités quant au maintien ou non de l'ouverture des plages était un problème épineux.
    Il y a eu seulement 19 attaques, dont les deux victimes de lundi, enregistrées dans les eaux de Caroline du Nord depuis 1670. Mais cinq attaques non fatales ont été enregistrées l'année dernière, portant l'État en seconde position pour le nombre d'accidents, après la Floride qui en a eu 34.
    L'année dernière, une fille âgée de 12 ans, avait été attaquée près de Corolla sur les Outer Banks. Elle avait dû avoir 300 points de suture, mais avait survécu.
    L'attaque de lundi est arrivée juste quand les media locaux et nationaux s'apprêtaient à rajouter une couche en reprenant l'historique des 48 heures de couverture médiatique intense de l'attaque mortelle de vendredi à Virginia Beach.
    CNN, par exemple, a décrété "l'Année des Requins". Mais, dimanche soir, on notait que le nombre d'attaques enregistrées cette année n'était pas supérieur au niveau des années précédentes. Puis, au milieu d'un reportage spécial d'une demi-heure sur les attaques de requin, est tombée la nouvelle de la dernière attaque mortelle sur les Outer Banks.
    Beaucoup d'habitants de la côte, de professionnels du tourisme et de gens qui vont à la plage ont cherché à rester calmes face à la situation, beaucoup considérant le décès de Virginia Beach comme très exceptionnel.
    La façon dont la nouvelle attaque juste un peu plus bas sur la côte va modifier l'attitude des gens et le tourisme reste une inconnue.
    "Je pense que cela va vraiment faire bouger les choses", dit Gary Barnette, âgé de 61 ans, un magistrat à la retraite qui vit depuis 18 ans juste au sud d'Avon sur Ocracoke Island. "C'est quelque chose que vous n'avez vraiment pas envie de voir. C'est effrayant."

quitter la page

dépêche du 3 septembre 2001, Floride :

    Un requin a mordu dimanche un marin de l'US Navy, alors qu'il se baignait près de la base navale de Mayport, selon les autorités de la Navy.
    C'est la seconde fois cette année qu'une morsure de requin est enregistrée dans les eaux du Comté Duval. Un surfeur âgé de 44 ans avait été mordu le 3 mai au large d'Atlantic Beach.
    Le marin, âgé de 20 ans, dont le nom n'a pas été divulgué, a reçu des soins externes au Centre Médical Baptist Beaches. Il présentait une morsure au pied.
    La précédente morsure de requin survenue dans la partie nord-est de la Floride remonte au 15 juillet quand un jeune homme âgé de 18 ans, originaire de Cincinnati, avait été mordu au pied, alors qu'il faisait du boogie board au large d'Amelia Island.

quitter la page

dépêche du 9 septembre 2001, Floride :

    Un pêcheur à la ligne, qui avait attrapé un requin près du Parc National des Everglades en Floride et l'avait hissé dans son bateau, a été mordu aux jambes et à une main, après être tombé à l'eau avec le requin.
    Selon les services de secours des pompiers de Miami-Dade, l'homme âgé de 44 ans a glissé après s'être enduit de spray anti-insecte et est tombé du bateau avec le requin. Son état serait satisfaisant dimanche à l'Hôpital Jackson Memorial de Miami avec des morsures et des lacérations.
    Plus de 40 attaques de requin ont été enregistrées les mois derniers le long de la côte atlantique et de la côte du Golfe du Mexique, dont deux ont été mortelles, d'après le Fichier International des Attaques de Requin basé à l'Université de Floride. Le fichier ne prend en compte que les attaques non provoquées, comme celle qui concernent les nageurs et les surfeurs. Les morsures présentées par des pêcheurs ne sont donc pas considérées comme des attaques de requin, puisqu'elles résultent de manipulations directes de requins. (Dans le cas présent, il s'agit franchement de légitime défense - NdT).

quitter la page

dépêche du 17 septembre 2001, Floride :

    Parc National North Jetty, près de Fort Pierce - Byron Hock dit avec insistance qu'il n'est pas un héros. "Les pompiers qui ont sauvé les gens dans les tours du World Trade Center, ceux-là sont ce que j'appelle des héros", dit Byron, âgé de douze ans, originaire de Davie. "Moi, j'ai simplement aidé mon frère à sortir."
    Ce que prétend Byron, c'est qu'il n'aurait seulement fait ce qu'aurait fait n'importe quel grand frère : taper sur un requin qui avait mordu son petit frère et qui revenait.
    "Ouais, j'ai eu peur. Mais je suis resté calme", dit Byron, qui est élève de sixième niveau à l'Ecole Indian Ridge de Davie. "J'ai pensé que si le requin essayait de m'attaquer, je le frapperais sur la tête. Je mesure 4 pieds 6."
    L'attaque est survenue, alors que Byron et Cory, âgé de 6 ans, faisaient du surf sur les vagues formées par la tempête tropicale Gabrielle. Ils étaient avec leur père, Gérald Hock, et des amis de la famille, dimanche après-midi au Parc National North Jetty près de Fort Pierce. "Nous sommes des chasseurs de tempêtes, à la recherche de vagues", dit Hock, âgé de 45 ans, qui surfe en Floride depuis qu'il est gamin.
    Les garçons étaient sur leur planche de boogie, à un endroit où ils avaient de l'eau aux genoux. C'est alors que Cory est tombé et que quelque chose a heurté le bas de son dos et ses fesses.
    "J'avais l'impression qu'un poisson s'enroulait autour de mon derrière", dit Cory. "ça faisait mal."
    Un requin de 3 pieds de long, un "white tip", pense Byron, s'est faufilé, puis est revenu.
    "Mon frère lui a tapé dessus", explique Cory, élève de premier niveau à l'école élementaire Fox Trail de Davie.
    "Il a dit que si un requin s'en prenait encore à son petit frère, c'est à dire à moi, il le ferait fuir."
    Byron était même suffisamment calme pour dire à Cory de ne pas courir, mais de marcher pour sortir de l'eau. "C'est logique", dit Byron, qui a appris les conseils de survie du surfeur, par son père, en feuilletant les revues et à la télévision. "Quand les petits poissons s'enfuient, les requins ont le réflexe de les poursuivre."
    Hock était en train de surfer en eau plus profonde quand le requin a attaqué. Il a été horrifié quand Byron s'est mis à l'appeler en criant et qu'il a vu l'attroupement de sauveteurs sur la plage. "Vous ne pouvez pas savoir ce que ça fait de devoir rentrer à toute allure, en voyant son fils allongé sur le sable", a dit Hock.
    Byron pense n'avoir rien fait de héroïque, mais son père n'est pas de cet avis : "Je pense qu'il mérite qu'on le félicite."
    Bien que Cory présentait plusieurs plaies en forme de piqûres, au niveau du dos, des fesses et des jambes, il a été soigné sur la plage et a pu rentrer à la maison avec sa famille dimanche soir, selon le Capitaine Tom Whitley des pompiers du Comté St-Lucie.
    La semaine dernière, les surveillants de plage de Fort Pierce's Broadwalk ont fermé la zone aux baigneurs pour deux jours après que des requins eurent été observés au large. Un ami de Byron avait été mordu au pied il y a environ un an alors qu'il surfait au niveau de North Jetty.
    Ce n'est pas ça qui empêchera les Hock de retourner à l'eau. "Ce n'est pas comme si les requins essayaient de nous manger", dit Byron, "c'est par erreur qu'ils nous prennent pour du poisson."

quitter la page

dépêche du 19 septembre 2001, Floride :

    New Smyrna Beach - Alors que la tempête tropicale Gabrielle file vers les Bermudes, elle a laissé dans son sillage la 21e victime d'une attaque de requin pour cette année dans le Comté Volusia.
    Blaise Mosler, un surfeur de Longwood âgé de 14 ans, a été mordu à la cheville gauche mardi vers trois heures de l'après-midi près du bloc 2800 de North Atlantic Avenue, juste à 1 mile au sud de Ponce de Leon Inlet.
    Les officiels de la plage ont dit que l'eau trouble et les grandes vagues dus au passage de la tempête ce week-end sont à l'origine de l'incident de mardi.
    "C'est tout à fait typique des morsures que nous avons vues dans l'anse", dit Joe Wooden, shérif adjoint de la Patrouille de Plage du Comté Volusia.
    Mosler, qui était en train de pagayer vers les vagues quand il a été mordu, a reçu des soins sur place pour une coupure d'1 à 2 pouces au pied droit, selon Wooden. Il n'a pas été transporté à l'hôpital local et a dit aux officiels qu'il préférait aller dans un service d'urgences proche de son domicile.
    "Par prudence, nous faisons des survols", dit Wooden. "Nous voulons voir si l'eau est trouble, quelle quantité de petits poissons il y a dans la zone, ainsi que le nombre de requins." Un contrôle par hélicoptère à 4 heures de l'après-midi par le Service des Plages du Comté et le service du Shérif n'a repéré aucun requin, selon Wooden. Cependant, il a dit que les gens devraient être conscients du risque de rencontres de requins du fait du grand nombre de petits poissons le long de la côte et de l'incapacité des requins à voir leurs proies à cause du peu de clarté de l'eau de mer.
    Mi-août, la Patrouille de Plage a eu à intervenir sur dix attaques de requin en dix jours, créant une frénésie médiatique et incitant la Patrouille de Plage à interdire aux nageurs et aux surfeurs une bande de vagues juste au sud de l'anse pendant plus d'une semaine.
    Depuis le début de l'année, 31 attaques de requin ont été enregistrées en Floride, dont 21 dans le Comté Volusia, selon Georges Burgess, directeur du Fichier International des Attaques de Requin au Muséum d'Histoire Naturelle de Floride à Gainesville. Pour le Monde entier, le fichier indique qu'il y a eu 54 attaques cette année, dont 43 aux États-Unis.
    Burgess a dit qu'avec d'une part les bonnes vagues qui ont attiré plus de surfeurs et d'autre part l'eau trouble qu'il y avait, il fallait s'attendre à un accident. "Les surfeurs apprécient les grosses vagues formées par la tempête. Mais il y a aussi le nombre habituel de requins là-bas", a-t-il dit mardi. "Nous voyons le résultat."
    (cheville gauche ou pied droit ? il faudrait savoir... - NdT)

GDM édition Réunion
GDM édition Océan Indien
GDM édition Monde
liens externes
quitter la page

 

date de mise à jour : 21/04/2004


ASSOCIATION REUNIONNAISE DE MEDECINE SUBAQUATIQUE ET HYPERBARE
Siège social : Groupe Hospitalier Sud Réunion, BP 350, 97448 Saint-Pierre cedex, Ile de la Réunion

http://www.aresub.org

Retour en haut de la page
Retour à la liste des nouveautés
Retour aux dangers de la faune sous-marine
Retour au sommaire de médecine subaquatique
Retour au sommaire de médecine hyperbare
Retour au sommaire général (page d'accueil ARESUB)