ARESUB

LA GAZETTE DES DENTS DE LA MER
ÉDITION OCÉAN INDIEN

GDM édition Réunion
GDM édition Monde
liens externes

Avertissement : les informations mises en ligne dans cette page n'ont aucune prétention à l'originalité, puisqu'elles sont reproduites, avec leur aimable bienveillance, à partir de journaux papier ou en ligne. Il n'y a pas non plus de prétention à l'exhaustivité : il s'agit de dépêches éparses, qui ne permettent pas d'établir la liste des accidents recensés dans la zone considérée. Les attaques de requin survenues à l'Ile de la Réunion sont à consulter dans l'édition Réunion de la Gazette des Dents de la Mer.


dernière dépêche mise en ligne :

LE CAP AOÛT 2006 :

Un requin arrache le pied droit d'un sauveteur près du Cap (voir la suite de l'article)

 


dépêches par ordre chronologique :

DURBAN JANVIER 2002 :

Près de Durban, un jeune Sud-Africain amputé après une attaque de requin :

Un Sud-Africain de 16 ans a dû être amputé d’une jambe, après avoir été attaqué par un requin, lors d’une partie de pêche en eaux peu profondes près du port de Durban (côte est), a-t-on appris hier auprès d’un hôpital local. Imraan Cheik, originaire de Chatsworth, dans la banlieue de Durban, pêchait de nuit avec un ami, avec de l’eau à hauteur du genou, lorsqu’un requin l’a attaqué vendredi, occasionnant de profondes blessures autour du pied et du genou droit. Selon la radio publique SABC, le jeune homme a pu se dégager de l’emprise du squale, vraisemblablement un requin “zambèze” familier de ces attaques en estuaires et eaux peu profondes, en le frappant avec le manche de la canne à pêche. Il a été hospitalisé rapidement mais la gravité de ses blessures a nécessité une amputation. Il se trouvait hier dans un état stable et satisfaisant, a indiqué une porte-parole de l’hôpital Addington de Durban. (article du Journal de l'Ile de la Réunion, mis en ligne le 6 janvier 2002)

LE CAP DÉCEMBRE 2002 :

Afrique du Sud, Le Cap vit dans la peur du grand requin blanc :

L’interdiction de baignade a été levée hier sur toutes les plages du Cap, exception faite de celle de Fish Hoek, après que les autorités aient procédé à une surveillance aérienne en vue de déterminer si les plages comportaient toujours des risques d’attaque par des requins. Cette interdiction avait été décrétée pour plusieurs plages de la région, dimanche dernier, car cinq grands requins blancs avaient été repérés dans le ressac. La veille de Noël, un requin de quatre mètres avait attaqué un homme de 34 ans au large de Scarborough. L’incident est survenu au large quand Craig Bovin plongeait à la pêche aux écrevisses et qu’un requin a commencé à tourner autour de lui. Le squale a happé son bras droit en le lacérant. M. Bovin a réussi à rejoindre le rivage, mais a failli se noyer parce qu’il n’arrivait pas à nager correctement. Il a été secouru par des auxiliaires médicaux sur la plage avant d’être héliporté vers l’hôpital du Cap où sa situation s’est stabilisée. Nic Reyneke, porte-parole des secours maritimes, a déclaré que d’autres surveillances aériennes seront menées aujourd’hui par hélicoptère pour s’assurer qu’aucun requin ne rode plus autours des plages. “Nous devons nous faire à l’idée que c’est ici le territoire du grand blanc et que les conditions climatiques sont propices en cette période - les eaux de la côte atlantique sont à 15°, ce qui lui convient parfaitement”, a déclaré M. Reyneke. La dernière attaque de requin dans les eaux du Cap remontait à quatre ans, quand un plongeur avait été tué par un grand blanc à Pringle Bay, à quelques kilomètres seulement du lieu de l’attaque de mardi. (article du Journal de l'Ile de la Réunion, mis en ligne le 2 janvier 2003)

LE CAP SEPTEMBRE 2003 :

Afrique du Sud, mort d'un jeune surfeur attaqué par un requin :

Un surfeur de 19 ans est décédé hier de ses blessures, après avoir été attaqué par un requin près d’une plage de la péninsule du Cap, dans le sud-ouest de l’Afrique du Sud, a indiqué l’Institut national sud-africain de secours en mer (NSRI). Le jeune homme surfait en début d’après-midi sur un bodyboard (une planche courte) aux côtés de cinq compagnons près de la plage de Noordhoek lorsque le requin a attaqué, a déclaré le commandant du poste local du NSRI, Clive Mortimer. « Le requin l’a attaqué puis a lâché prise, mais la morsure initiale au niveau de l’abdomen était tellement grave que la victime a perdu trop de sang en quelques minutes », et était décédée à l’arrivée des secours par hélicoptère, a ajouté M. Mortimer. Selon les compagnons de la victime, il s’agissait probablement d’un grand requin blanc, fréquent dans les eaux assez froides des côtes sud-ouest de l’Afrique du Sud. D’après M. Mortimer, originaire de Noordhoek, c’est la première fois qu’une attaque de requin survient sur cette plage. Pour lui, le squale a « probablement pris le surfeur pour un phoque, et l’a relâché en réalisant sa méprise. Les requins n’aiment généralement pas les humains, trop osseux ». (article du Journal de l'Ile de la Réunion, mis en ligne le 13 septembre 2003)

LE CAP AVRIL 2004 :

En Afrique du Sud, un jeune surfeur attaqué par un requin :

Un jeune surfeur de 16 ans était hier soir dans un état critique, après avoir été attaqué par un requin au large de Muizenberg, une plage populaire au sud du Cap. Le jeune homme surfait en début d’après-midi avec des amis lorsque le squale, un grand requin blanc, l’a attaqué, coupant sa planche en deux et lui arrachant une partie d’une jambe. Ses compagnons ont réussi à le tirer jusqu’au rivage, d’où les sauveteurs l’ont transféré à l’hôpital. "Il est dans un état critique. Sa jambe droite a été amputée sous le genou, et il a subi deux arrêts cardiaques" pendant l’opération, a précisé un responsable de l’hôpital de Constantiaberg, Clive Lake. Peu après l’attaque, un hélicoptère de surveillance côtière a repéré le requin, un grand blanc d’environ 3,50 mètres, dans les parages. Des requins sont très fréquemment aperçus au large des côtes sud-africaines, en particulier les grands requins blancs dans les eaux plutôt froides du littoral sud-ouest. Les attaques restent relativement rares toutefois, entre trois et quatre par an, selon les experts. La dernière attaque mortelle en Afrique du Sud remonte à septembre 2003, lorsqu’un surfeur de 19 ans était décédé de ses blessures à Noordhoek, dans la péninsule du Cap. (article du Journal de l'Ile de la Réunion, mis en ligne le 6 avril 2004)

LE CAP NOVEMBRE 2004 :

Attaque mortelle d'un requin blanc au large du Cap :

Une femme de 77 ans était portée disparue après avoir été attaquée par un requin blanc hier matin alors qu’elle faisait sa baignade quotidienne au large de la ville du Cap (sud-ouest). Environ 25 kilomètres de côte ont été fermés au public entre Gordon’s Bay et Simonstown à la suite de cette attaque qui a eu lieu sur la plage de Fish Hoek, au sud-est du Cap. Tyna Webb "se baignait régulièrement sur cette plage depuis 17 ans", a expliqué Craig Lambinon, porte-parole de l’Institut national des secours en mer (NSRI), précisant que les recherches avaient été abandonnées hier après-midi. Selon Dave Roberts, également du NSRI, un hélicoptère a repéré le requin qui aurait attaqué la femme et qui fait six mètres de long. "Cela s’est passé avant 7 h ce matin. De nombreuses personnes ont été témoins de la scène. Selon les témoins, la femme a disparu après une deuxième attaque du requin", a-t-il expliqué. "J’ai vu ce gigantesque requin se jeter sur quelque chose dans l’eau. J’ai pensé que c’était un phoque mais je me suis rendu compte que c’était une dame", a raconté Paul Bennett, qui a assisté à la scène depuis sa maison à Fish Hoek. "Elle flottait dans l’eau, il y avait énormément de sang. Et puis... il est revenu, sa bouche toute entière sortait de l’eau, et il l’a emportée au fond", a-t-il ajouté. "C’était visiblement une scène épouvantable", a expliqué M. Lambinon, précisant que quinze personnes avaient assisté à la scène. Selon le responsable de la pêcherie de False Bay, Pat Stacy, l’attaque serait intervenue après que des pêcheurs eurent relâché dans la baie des poissons pêchés illégalement. "Des responsables de la pêcherie étaient sur place pour surveiller la libération des poissons. Les pêcheurs ont indiqué avoir vu un requin dans l’eau près de l’endroit où les poissons étaient relâchés", a-t-il indiqué dans un communiqué. L’accès à la côte devait être rouvert hier en fin d’après-midi. Selon les équipes de sauvetage, les attaques de requins restent très peu fréquentes sur cette côte. "Les requins sont toujours là (...), mais les attaques de requins sont rares et espacées dans le temps", a expliqué M. Roberts. (article du Journal de l'Ile de la Réunion, mis en ligne le 16 novembre 2004)

LE CAP AVRIL 2005 :

Afrique du Sud, un touriste attaqué par un requin blanc :

Un touriste britannique est actuellement soigné dans un hôpital du Cap après avoir été attaqué par un grand requin blanc sur une plage populaire de cette ville portuaire sud-africaine. Chris Sullivan, 32 ans, originaire de New Quay au Royaume-Uni, était allé surfer sur la plage de Noordhoek, moins de 24 heures après son arrivée en Afrique du Sud. Le requin l’a attaqué alors qu’il se préparait à attraper une vague. “J’ai juré et je lui ai donné un coup de pied”, a déclaré le rescapé. Le requin avait mordu l’infortuné touriste à la jambe avant de lâcher prise, ce qui avait permis à Sullivan de nager jusqu’à la plage avant le retour du squale. Des témoins racontent que le squale devait mesurer quatre mètres. Clive Mortimer, membre du National Sea Rescue Institute (NSRI, institut de sauvetage en mer), a lancé un bateau de secours dès qu’il a été informé. The Metro Rescue Red Cross Helicopter, Cape Medical Response, une unité mobile du NSRI, la police et Metro Rescue ont répondu à l’appel. “A notre arrivée sur la plage, nous avons trouvé Sullivan sur la rive souffrant de lacérations au mollet droit et de perforations au niveau de la voûte plantaire, dans un état du reste stable. Il a reçu les premiers soins avant d’être transporté à l’hôpital Constantiaberg à bord d’un hélicoptère pour y recevoir des soins plus poussés”, a expliqué M. Mortimr. Sullivan a subi une intervention chirurgicale suite à ses blessures. Quelque 200 points de suture ont été nécessaires afin de refermer la plaie. Les surfeurs et baigneurs de cette zone ont été informés de cette attaque par le NSRI et la police mais les plages de la région n’ont pas été fermées. Chris Sullivan qui affirme souffrir de cauchemars récurrents promet de ne plus jamais faire du surf en Afrique du Sud. (article du Journal de l'Ile de la Réunion, mis en ligne le 2 avril 2005)

MADAGASCAR MAI 2005 :

Mordu par un requin, sauvé par la Royale : Un marin indonésien grièvement mordu par un requin a été récupéré au large de Madagascar par la Marine Nationale. Le navire devrait arriver aujourd’hui au port de la Pointe des Galets afin que le marin puisse être évacué vers le CHD de Bellepierre.

Aujourd’hui, très certainement en début d’après-midi, l’Albatros et la Boudeuse, les deux navires de la Marine Nationale, devraient accoster au port de la Pointe des Galets, l’Albatros ayant à son bord un marin indonésien grièvement mordu à la cuisse par un requin. Dès son arrivée dans l’île, celui-ci sera pris en charge par les secours qui l’évacueront vers le CHD de Bellepierre. C’est mardi que le commandement maritime de la Réunion est avisé par le centre de consultation médicale maritime de Toulouse en liaison avec celui de Madrid, qu’un marin est très grièvement blessé au large de Madagascar. D’après les premières informations reçues par les militaires, un marin indonésien qui effectuait une campagne de pêche à bord d’un navire seychellois, le Bouzon a été grièvement mordu à la cuisse par un requin. L’homme souffre d’une forte hémorragie qui a été stabilisée sur place mais qui peut se révéler mortelle.
Deux navires au secours d’un marin :
Immédiatement, la Marine envoie le patrouilleur la Boudeuse avec à son bord un médecin et un infirmier urgentiste. Le navire est suivi par le patrouilleur austral l’Albatros qui dispose à son bord d’un bloc opératoire. Cependant, l’Albatros est moins rapide que le patrouilleur. Le 4 mai, en fin d’après-midi, la Boudeuse arrive sur la zone et prend en charge le blessé qui est immédiatement examiné par le médecin et l’infirmier. Puis le navire fait route vers l’Albatros où il est transféré pour y être opéré. Le convoi repart vers la Réunion où il est prévu d’arriver aujourd’hui en début d’après-midi. L’importance des moyens mis en œuvre par la Marine Nationale démontre qu’elle est la seule de la zone à pouvoir effectuer ce type d’assistance, en plein océan et à plus de 1400 kilomètres de son port d’attache. La célérité des hommes de la Royale va ainsi permettre de sauver un marin. (article de Jérome Leglaye in Journal de l'Ile de la Réunion, mis en ligne le 6 mai 2005)

Le marin sauvé, opération réussie : La solidarité entre gens de la mer, pêcheurs et militaires, a permis de sauver le marin indonésien grièvement mordu par un requin qu’il venait de remonter dans ses filets.

Les jours du marin indonésien mordu par un requin de 2,50 mètres de long, en pleine mer ne sont plus en danger (notre édition d’hier) et sa jambe est sauvée. “L’état de santé de Sochidjin est aujourd’hui satisfaisant et surtout rassurant par rapport à son état clinique initial”, s’est exclamé hier après-midi Pascal Lafrogne, médecin principal de la base navale à son retour au port de la Pointe-des-Galets. Les matelots ont transporté le pêcheur blessé, enveloppé dans une couverture de survie et allongé sur un brancard, vers l’ambulance stationnée au bord du quai. Le pêcheur indonésien a juste lancé un regard autour de lui, bien conscient d’avoir touché la terre ferme. Dans la nuit du 3 mai, le marin embarqué à bord du palangrier seychellois Bouzon, croisant au large des côtes sud de Madagascar, avait été victime d’une grave morsure de requin nécessitant des moyens médicaux lourds que seule la marine nationale était en mesure de mettre en œuvre en plein océan à plus de 1 400 kilomètres de la Réunion. Le jour même, le patrouilleur La Boudeuse appareillait avec à son bord un médecin et un infirmier urgentiste, suivi par le patrouilleur austral Albatros, équipé d’un bloc opératoire. “Nous sommes arrivés sur place à 19 h 30, le soir même, et nous avons évacué la victime sur la Boudeuse pour une exploration chirurgicale. J’ai stabilisé la plaie et le lendemain à 8 h, il a été transféré sur l’Albatros. L’opération a duré 1 h 30, on lui a paré la plaie et suturé l’artère”, poursuit le médecin. La victime a ensuite été acheminée vers le CHD de Bellepierre. Le marin y séjournera le temps nécessaire à sa convalescence. (article de Céline du Marteray in Journal de l'Ile de la Réunion, mis en ligne le 7 mai 2005).

LE CAP AOÛT 2006 :

Un requin arrache le pied droit d'un sauveteur près du Cap

Un requin aux abois a arraché le pied droit d'un sauveteur de 23 ans le 13 août dernier à False Bay, près du Cap, a confirmé hier l'Institut National des Secours Maritimes (NSRI).
Dans un communiqué rendu public au Cap, le NSRI indique que l'homme a subi une amputation totale de son pied droit suite à une rencontre survenue à quelques 200 mètres des côtes, dans une mer glacée, claire avec une houle d'un demi-mètre et une légère brise de mer. La profondeur de l'eau à l'endroit de la rencontre avec le requin est de 2 à 3 mètres avec une eau claire. Il a été transporté à l'hôpital par hélicoptère, et est dans un état jugé stable, malgré sa grave blessure. Graham Lewis, président de Lifesaving SA False Bay Lifesaving Club, a déclaré que les sauveteurs effectuaient un exercice de routine, dans la zone quand l'incident s'est produit. (article du Journal de l'Île de la Réunion daté du 22 août 2006).

Gazette des Dents de la Mer édition Réunion
Gazette des Dents de la Mer édition Monde
liens externes

Logotype Clicanoo

mise en ligne : 12/06/2005
mise à jour : 23/08/2006


ASSOCIATION RÉUNIONNAISE DE MÉDECINE SUBAQUATIQUE ET HYPERBARE
Siège social : Groupe Hospitalier Sud Réunion, BP 350, 97448 Saint-Pierre cedex, Île de la Réunion

http://www.aresub.org

Retour en haut de la page
Retour au sommaire de médecine subaquatique
Retour au sommaire de médecine hyperbare
Retour au sommaire général (page d'accueil ARESUB)