ARESUB

LES OTITES EXTERNES DU PLONGEUR

Dr J.F. LEPÈRE

Table Ronde de Médecine de Plongée de l'Océan Indien
Île Maurice - 10 et 11 octobre 2001

L’otite externe est une infection du revêtement cutané du conduit auditif externe. Elle peut être localisée (furoncle) ou toucher tout le conduit (otite externe généralisée ou diffuse).
L’otite externe est une pathologie infectieuse caractéristique des adeptes des sports subaquatiques. En anglais on la nomme souvent « swimmer’s ear ». L’otite externe des plongeurs ne diffère de celle des non-plongeurs que par une fréquence plus élevée et des facteurs favorisants spécifiques aux activités subaquatiques.

ÉTIOLOGIE :

L’otite externe diffuse peut être causée par un bacille Gram négatif (Escherichia coli, Proteus vulgaris, Pseudomonas aeruginosa), par Staphylococcus aureus ou plus rarement par un champignon (Candida albicans, Aspergillus niger).
Les furoncles sont habituellement dus à Staphylococcus aureus.
Ces agents infectieux ne proviennent pas de l'eau mais sont présents dans la flore habituelle du canal auditif externe. L'eau stagnant dans le conduit auditif pendant et après l'immersion provoque une macération et entraîne un déséquilibre de la flore saprophyte de la peau. Les germes de cette flore deviennent alors pathogènes sous l'effet de divers facteurs favorisants.

FACTEURS FAVORISANTS :

Les facteurs favorisants la macération de l'eau dans le conduit auditif et la prolifération de germes pathogènes sont de 2 ordres: ceux liés au milieu extérieur et ceux liés au conduit auditif.

SYMPTOMATOLOGIE :

L’otite externe diffuse entraîne prurit, douleur lancinante et otorrhée d’odeur fétide. Lorsque le conduit est tuméfié ou contient de nombreux débris purulents, on constate une baisse de l’audition (surdité de transmission).
La douleur ressentie à la traction du pavillon de l’oreille et à la pression au niveau du tragus permet de distinguer otite externe et otite moyenne.
L’examen à l’otoscope est difficile car douloureux. Le conduit auditif est souvent rétréci, parfois sténosé.
En otoscopie, la peau du conduit auditif externe apparaît rouge, tuméfiée et souillée de débris humides et purulents. La membrane tympanique est généralement normale, parfois un peu rouge.
La présence de filaments blanchâtres dans le conduit auditif évoque une otite externe fongique à Candida albicans, des filaments charbonneux évoquent une otomycose à Aspergillus niger.
Les furoncles se traduisent par une douleur violente et, lors de leur drainage par une brève otorrhée sanguinolente et purulente.

COMPLICATIONS :

§         L'otite externe sévère avec obstruction du conduit auditif et envahissement des tissus mous, particulièrement le long du plancher du conduit.

§         La cellulite de l'oreille externe et de la face.

§         L'otite externe maligne: ostéite de la base du crâne à point de départ otitique, à Pseudomonas aeruginosa. L'otite externe maligne doit être suspectée devant toute otite externe résistant aux traitements usuels chez le diabétique, l'immunodéprimé et lors de la prise de stéroïdes par voie générale.

DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL :

Chez le plongeur, face à une otalgie associée ou non à une baisse de l'audition on éliminera un barotraumatisme de l'oreille moyenne. Un barotraumatisme du tympan avec rupture de celui-ci peut s'accompagner d'une otorrhée.
Une baisse de l'audition peut également révéler un barotraumatisme ou un accident de décompression de l'oreille interne. Elle s'accompagne alors le plus souvent de vertiges, bourdonnements ou sifflements.

TRAITEMENT CURATIF :

Le traitement de l'otite externe nécessite le plus souvent l'aide du médecin essentiellement pour vérifier l'intégrité du tympan.

Il associe :

Un analgésique est souvent nécessaire pour calmer l'otalgie.

En cas de perforation tympanique, les antibiotiques utilisables en instillations auriculaires sont la rifamycine (Otofa®) et la lincomycine (Lincocine®).

Le traitement de l'otite externe mycosique comportera un topique antifongique imidazolé tel que Pévaryl® 1 % lait ou lotion dermique, Trimysten® 1 % crème  ou Kétoderm® 2 % crème pendant 2 à 3 semaines.

Les furoncles doivent se drainer spontanément, leur incision pouvant entraîner la diffusion de l’infection au périchondre du pavillon. Les antibiotiques locaux sont inefficaces. En cas de nécessité l’antibiothérapie sera administrée par voie orale (Oxacilline, Amoxicilline + acide clavulanique, Pristinamycine).

TRAITEMENT PRÉVENTIF :

§         Avant la saison de plongée :

L'examen otoscopique par un médecin permet de repérer et de traiter les facteurs favorisants: inflammation ou dermatose du conduit auditif, débris ou bouchon de cérumen, exostoses …

§         Après l'immersion :

Pour les plongeurs sans prédisposition particulière aux otites externes un simple rinçage des conduits auditifs à l'eau douce et propre suffit.
Pour les plongeurs sujets aux otites externes fréquentes ce rinçage, éventuellement effectué à l'eau minérale, sera suivi d'un séchage soigneux au sèche-cheveux.
L'usage du coton-tige est formellement proscrit.

L'instillation auriculaire de préparations magistrales a un effet bénéfique dans la prévention des otites externes du plongeur. Ces préparations comportent, associés ou non, 2 composants aux modes d'actions différents:

Pour être efficaces, ces instillations doivent avoir une durée minimale de contact de 5 minutes.
Ces produits ne seront utilisés qu'après vérification de l'intégrité du tympan.
Les préparations alcooliques sont déconseillées en cas d'irritation du conduit auditif.

Les préparations les plus employées sont :

Il n'y a pas de preuve scientifique de l'efficacité des préparations antiseptiques ou antibiotiques dans la prévention des otites externes.

§         Avant l'immersion :

Il est préférable de ne rien introduire dans le conduit auditif afin de respecter le film lipidique protecteur et de ne pas créer d'irritation du conduit.
Certains auteurs préconisent toutefois l'instillation préventive d'une solution huileuse (huile d'amande douce, huile d'olive,…).

Bibliographie

visa comité lecture :29/11/2004
mise en ligne : 30/11/200
4


ASSOCIATION RÉUNIONNAISE DE MÉDECINE SUBAQUATIQUE ET HYPERBARE
Siège social : Groupe Hospitalier Sud Réunion, BP 350, 97448 Saint-Pierre cedex, Île de la Réunion

htpp://www.aresub.org

Retour en haut de la page
Retour au sommaire de médecine subaquatique
Retour au sommaire de médecine hyperbare
Retour au sommaire général (page d'accueil ARESUB)