ARESUB

 

 

SERPENTS DE MER

Extrait de : The Underwater Australia Dive Guide, Coleman Neville, Nelson Publishers, Melbourne, 1987.

 

            Dans le passé on a beaucoup écrit et filmé sur le comportement agressif des serpents de mer. Ces dernières années, les peurs irrationnelles au sujet de ces reptiles ont laissé place au bon sens. Les serpents de mer sont maintenant perçus comme des fouineurs curieux, plutôt que comme des responsables de mort subite.

            Cela ne signifie pas qu’ils ne soient pas capables de tuer un humain – leur venin fait certainement partie des poisons les plus mortels. Mais les serpents de mer se nourrissent de poissons, pas d’humains.

            Quand un serpent de mer s’approche d’un plongeur, c’est seulement par curiosité ; ils ne sont pas agressifs en temps normal et, s’ils sont traités de la même façon, c’est à dire sans agression, ils partiront d’eux-mêmes. Un serpent de mer se sert de sa langue pour goûter ; ne vous inquiétez donc pas s’il goûte votre combinaison, vos palmes ou s’enroule autour de votre appareil photo. On ne doit pas leur faire peur ; il faut par contre essayer de comprendre leur comportement.

            Les serpents de mer ont une très mauvaise vue et doivent être très près d’un objet pour être en mesure de l’identifier. Ils sont attirés par le mouvement et sont curieux de nature. Si un plongeur, qui n’a pas vu un serpent, s’agenouille ou s’appuie sur lui, il est possible que le serpent le morde pour se sauver. Ce n’est qu’une réaction instinctive, comme on peut en voir chez beaucoup d’animaux effrayés, y compris chez les humains.

            Traitement :

            Aucune mort de plongeur par serpent de mer n’a été enregistrée dans les eaux australiennes. Même si un serpent mord (ce qui est rare), il n’injecte pas toujours du venin. Cependant, il peut être difficile de savoir au moment de la morsure s’il y a eu ou non envenimation. Quand on traite une morsure, la victime soit éviter tout mouvement et un bandage compressif doit être appliqué immédiatement. Une mise en observation médicale doit être démarrée dès que possible.

            Du sérum antivenimeux est disponible auprès du Laboratoire de Sérum du Commonwealth, mais, comme tous les sérums antivenimeux, il ne doit être administré que par un médecin ou une personne ayant reçu la formation nécessaire.

 

ASSOCIATION RÉUNIONNAISE DE MÉDECINE SUBAQUATIQUE ET HYPERBARE

Siège social : Groupe Hospitalier Sud Réunion, BP 350, 97448 Saint-Pierre cedex, Île de la Réunion

http://www.aresub.org

 

retour en haut de la page

retour aux dangers de la faune

retour au sommaire de médecine subaquatique

retour au sommaire général (page d’accueil ARESUB)